Select Page

« L’amour est une fête » : aguicheur jusqu’à la complaisance

« L’amour est une fête » : aguicheur jusqu’à la complaisance
Advertisement

1982. Pigalle. Deux agents des impôts sous couverture dirigent un peep show pour piéger les barons du X.

Cédric Anger, L'Amour est une fête, avec Guillaume Canet et Gilles Lellouche, afficheCédric Anger, qui a déjà à son actif quelques films intéressants (scénariste de Nos années folles, réalisateur de La prochaine fois, je viserai le cœur avec Guillaume Canet déjà, L’Avocat…), se prend les pieds dans le tapis dans un film plein de bonnes intentions mais couturé de défauts.

On comprend progressivement qu’il veut restituer le climat d’une époque – une démarche d’autant plus intrigante qu’elle est l’œuvre d’un réalisateur et d’une bande d’acteurs trop jeunes pour l’avoir connue. Car la clé du film est dans son titre, dont on tarde à saisir le lien avec l’intrigue. Comme Michel Spinosa dans La Parenthèse enchantée, L’amour est une fête se déroule durant cette courte période, entre la pilule et les années Sida, où le X avait explosé avant qu’on réalise qu’il n’était pas l’expression joyeuse d’une sexualité libérée mais l’instrument d’un asservissement des femmes.

Pour raconter cette époque, Cédric Anger signe un scénario passablement alambiqué dans lequel Guillaume Canet (le cheveu scandaleusement blond) et Gilles Lellouche (les rouflaquettes très 70ies) jouent, sans guère de crédibilité, deux inspecteurs sous couverture.

Mais l’essentiel est ailleurs : dans ces superbes filles aux seins parfaits et à la croupe aguichante, complaisamment filmées de pied en cape (ou de pied sans cape). Ces quatre drôles de dames, aussi sexy et fraîches les unes que les autres, dont émerge la ravissante Camille Razat, carburent à la coke et forment avec leurs deux maquereaux une joyeuse bande (si l’on ose dire) qui trouvera, dans l’épilogue du film, un destin inattendu.

Sans me faire plus bégueule que je ne le suis, j’ai été gêné par L‘amour est une fête. À supposer que le X ait pu être « cool » dans ses premières années, on ne peut, sans ignorer ce qu’il est devenu ensuite, relater innocemment cette histoire aujourd’hui. Si tel était le propos de Cédric Anger, il aurait dû le faire avec plus de nostalgie ou d’humour, cruellement absent. Si au contraire, son propos s’était voulu plus critique, il aurait dû gommer de son film aguicheur sa complaisance.

Tony PARODI

 



  • Sortie : 19 septembre 2018
  • Genre : comédie
  • Avec Guillaume Canet, Gilles Lellouche, Camille Razat, Michel Fau, Xavier Beauvois, Elisa Bachir Bey, Marilyn Jess, Joséphine de la Baume
  • Image : Thomas Hardmeier
  • Musique : Grégoire Hetzel
  • Montage : Julien Leloup
  • Distribution : Mars Films
  • Crédits photos : Christine Tamalet

En savoir plus sur le film avec CCSF : L’amour est une fête

Cédric Anger, L'Amour est une fête, avec Guillaume Canet et Gilles Lellouche



Découvrir toutes nos critiques de films



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage