L’Arabie saoudite, qui applique une version rigoriste de l’islam, a annoncé jeudi son intention d’investir 64 milliards de dollars (environ 52 mds EUR) dans le divertissement avec des projets de construction de cinémas et d’un opéra, ainsi que de concerts d’artistes occidentaux. Le président de l’Autorité générale du divertissement dans le royaume ultraconservateur, Ahmad ben Aqil al-Khatib, a précisé que cette somme serait investie sur dix ans et que l’argent viendrait à la fois de l’État et du secteur privé.

[AFP]

« Nous bâtissons déjà l’infrastructure […] Vous verrez un véritable changement d’ici 2020″, a assuré le responsable saoudien, précisant que des centaines d’entreprises se positionnaient, notamment dans la construction.

Le comité de la culture saoudienne, un organisme officiel, a précisé dans un tweet que la maison d’opéra – un des projets prévus – sera construite à Jeddah, grande ville de l’ouest saoudien située en bordure de la mer Rouge.

Les autorités ont annoncé que les premières salles de cinéma rouvriraient en mars et que les femmes seraient autorisées à conduire à partir de juin.

De 2 000 événements l’an dernier à 5 000 cette année

Faisal Bafrat, autre responsable de l’Autorité du divertissement, a indiqué que le secteur avait déjà connu des développements exceptionnels en 2017 avec l’organisation de plus de 2 000 événements culturels ayant impliqué 100 000 volontaires et quelque 150 petites et moyennes entreprises. Cette année, l’Arabie saoudite prévoit plus de 5 000 événements culturels.

L’Arabie saoudite a engagé de vastes réformes sous la houlette du prince héritier Mohammed ben Salmane, 32 ans, dans le cadre d’un plan appelé « Vision 2030 » visant à diversifier l’économie encore trop dépendante du pétrole, ce dernier connaissant une crise depuis quatre ans.

Outre le secteur des divertissements, l’Arabie saoudite a annoncé de grands projets dans le domaine touristique, notamment un plan d’envergure consistant à transformer une cinquantaine d’îles de la mer Rouge en stations balnéaires de luxe.