Une mystérieuse soucoupe volante se pose dans le centre de Washington. Deux créatures en sortent devant une foule nombreuse et un cordon de police. Klaatu, un extra-terrestre, déclare venir en paix ; mais, lorsqu’il tire de sa veste un cadeau pour ses hôtes, un soldat nerveux tire et le blesse. Gort, un géant qui l’accompagne, réplique en désarmant d’un rayon laser hyperpuissant les militaires présents.

Klaatu est amené dans un hôpital. Aux officiels de la Maison-Blanche venus à son chevet, il déclare avoir un message à adresser à tous les chefs d’État de la planète. Mais on lui répond qu’une telle réunion n’est pas possible. Klaatu décide alors de se fondre dans la population. Il s’installe dans une pension de famille. Ses voisins : une jeune veuve de guerre et son fils.

Une histoire fluide et sans temps mort

Robert Wise, Le Jour où la terre s'arrêta (affiche)J’avais vu Le Jour où la terre s’arrêta au début des années 80 en VHS chez ma grande sœur, probablement en version doublée, à une époque où le snobisme de la VOSTF ne m’avait pas encore contaminé. J’en avais gardé un souvenir enthousiaste. Qu’en penserais-je trente ans plus tard, l’innocence de mes jeunes années en moins, le visionnage d’une bonne centaine de films de SF aux effets spéciaux autrement sophistiqués en plus ?

À mon grand étonnement, je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. Je me suis laissé prendre à cette histoire d’une grande fluidité, réalisée sans temps mort par Robert Wise – qui n’était pas encore l’un des plus grands réalisateurs d’Hollywood avec West Side Story et La Mélodie du bonheur.

Elle contient quelques scènes d’anthologie qui m’avaient durablement marqué : l’atterrissage bien sûr de la soucoupe volante, que j’ai raconté en préambule, la rencontre de Klaatu et du professeur Barnhardt qu’il aide à résoudre les équations les plus compliquées (le genre de prodige dont j’étais friand), la panne générale d’électricité que Klaatu organise pour démontrer au monde ses super-pouvoirs (et qui donne son titre au film)…

Dimensions politique et christique

Le Jour où la terre s’arrêta est un film qui se prête à une lecture à plusieurs niveaux. Le premier est bien sûr politique. En pleine guerre froide, en pleine hystérie maccarthyste, le film est un plaidoyer pacifiste et un réquisitoire antinucléaire. Étonnant que ses auteurs ne se soient pas retrouvés sur la liste noire du sénateur du Wisconsin.

Dès 1951, six ans à peine après Hiroshima, la crainte de voir les deux « Super Grands » s’entretuer et entraîner la planète entière à sa perte dans leur combat fratricide est popularisée. Robert Wise se fait le porte-voix de tous les opposants à l’arme atomique en mettant dans la bouche d’un extra-terrestre un message typiquement hobbesien : « Pour mettre un terme à ce combat sans issue, pour rompre avec la menace de votre destruction, remettez votre sécurité entre les mains d’une autorité supérieure qui vous garantira la paix ».

Il est une autre dimension, que je n’avais pas comprise et que j’ai découverte à la lecture de la notice de Wikipédia consacrée au film : l’allégorie christique. Klaatu vient sur terre avec un message de paix et d’amour. Il prend le nom de « Mr. Carpenter » (charpentier). Incompris des hommes – qui lui tirent dessus -, il est tué, ressuscite grâce aux soins de Groot et repart dans les cieux après nous avoir transmis son « évangile ».

Tony PARODI

 



Robert Wise, Le Jour où la terre s’arrêta, États-Unis, 1951, 92mn

  • Sortie : 1951 (ressortie : 3 janvier 2018)
  • Genre : science fiction
  • Titre original : The Day the Earth Stood Still
  • Classification : tous publics
  • Avec Michael Rennie, Patricia Neal, Hugh Marlowe, Sam Jaffe, Billy Gray, Frances Bavier, Lock Martin, Edith Evanson, Frank Conroy, Elizabeth Flournoy, Freeman Lusk, George Lynn.
  • Scénario : Edmund H North
  • Image : Leo Tover
  • Musique : Bernard Herrmann
  • Distribution : Splendor Films

En savoir plus sur le film avec CCSF : Le Jour où la terre s’arrêta

Robert Wise, Le Jour où la terre s'arrêta, avec Michael Rennie



Découvrir toutes nos critiques de films