En clôture du World Electronics Forum, à Angers, Libération proposait samedi quatre débats portant sur le monde à venir, des voitures sans conducteur aux algorithmes omniprésents.

[Écho de la presse]
.

Après Las Vegas, Taïwan ou Singapour, le World Electronics Forum (WEF) a posé cette année ses valises pleines d’algorithmes et d’innovations à Angers, cité au bord de la Maine. Libération a voulu prolonger l’événement en l’ouvrant au public, venu en nombre pour assister à une journée de débats autour de la révolution numérique qui, si elle transforme nos vies, ne peut se passer d’une réflexion sur « les menaces et questions de société qu’elle soulève, notamment en termes d’éthique », explique Christophe Béchu, maire d’Angers.

« La révolution numérique peut être la meilleure comme la pire des choses », confirme l’économiste Philippe Aghion, qui participait à la première table ronde et dont les travaux sur la croissance ont largement inspiré le président de la République, Emmanuel Macron

Lire l’article complet de Xavier Colas et Benjamin Leclercq sur le site de Libération.