Le Puy du Fou célèbre vendredi en grande pompe ses 40 ans, lors d’une fête organisée sur son site des Epesses (Vendée) où sont attendus 14 000 invités, au moment où le deuxième parc à thème de France développe divers projets dans l’hexagone et à l’étranger. « Quarante ans, c’est le bel âge, c’est un âge qui permet d’avoir accumulé une certaine expérience, mais qui est aussi plein de promesses », a déclaré à l’AFP son président Nicolas de Villiers.

[avec AFP]

Les responsables du Puy du Fou ont invité la Patrouille de France ou encore l’Orchestre symphonique de Prague. Deux nouveaux spectacles doivent aussi être inaugurés, ainsi que deux restaurants et un nouvel hôtel de près de 450 lits, La Citadelle.

2e parc le plus fréquenté de France

L’an dernier, le chiffre d’affaires a doublé en 5 ans pour atteindre 100,8 millions d’euros. 2,2 millions de visiteurs ont été enregistrés, un million de plus qu’il y a 10 ans, le plaçant au deuxième rang des parcs les plus fréquentés de France derrière Disneyland Paris.

La Cinéscénie, cette fresque vivante retraçant l’histoire de la Vendée, affiche complet jusqu’à la fin de la saison. Le spectacle, joué par plusieurs milliers de bénévoles, fêtera sa millième représentation le 14 juillet.

L’enjeu, pour le fondateur et scénariste du parc vendéen, l’homme politique de droite Philippe de Villiers, « c’est de rejoindre Europa Park (Allemagne), premier parc européen avec 5 millions de visiteurs ». Un deuxième parc devrait voir le jour en 2021, sur une thématique gardée secrète mais liée à l’histoire.

4 700 emplois directs et indirects

Un parc doit déjà ouvrir ses portes à l’horizon 2020 dans la région de Tolède en Espagne. Des discussions sont également en cours pour la création d’un parc en Chine. Le Puy du Fou a également créé deux spectacles en Angleterre et aux Pays-Bas.

Le Puy du Fou dispose par ailleurs, depuis 2 ans, de sa propre école, hors contrat, destinée à former les futurs acteurs. Planté en plein bocage vendéen, ce parc emploie aujourd’hui près de 200 permanents et 1 700 saisonniers. Selon une étude réalisée en janvier dernier par le cabinet ProTourisme, le parc génèrerait 4 700 emplois directs ou indirects. Les retombées économiques pour le territoire sont évaluées à 277 millions d’euros par an.