Select Page

L’épaule droite du violoncelliste … une histoire de conflit !

Advertisement

Le contrôle du déplacement du bras droit chez le violoncelliste nécessite de trouver une stratégie motrice permettant d’assurer une stabilisation de l’archet tout en développant une vitesse et une accélération adaptée à l’exigence du son à produire. Ces caractéristiques du mouvement induisent le développement d’une habilité motrice spécifique à l’utilisation du violoncelle, qui est fortement entravée lors de l’apparition d’une pathologie au niveau de l’épaule. Or, plus de 50% des pathologies affectant les instrumentistes à corde sont des affections liées à la sur-sollicitation d’une articulation et 42% concernent l’épaule.

Utilisation du bras droit entre le novice et l’expert violoncelliste

L’analyse récente des mouvements produits par le membre supérieur droit du violoncelliste nous éclaire sur les risques inhérents à une mauvaise stratégie motrice. Ainsi, pour répondre à l’exigence des mouvements à produire au niveau de l’archet, il apparait que les novices utilisent nettement plus l’épaule que les experts qui sont capables de répartir la stratégie de mouvement sur l’ensemble des articulations (épaule, coude et poignet). Ainsi, lorsque l’instrumentiste ne répartit pas le travail entre les différentes articulations du membre supérieur au détriment de l’épaule, il s’expose à des risques liés à la sur-sollicitation de cette articulation.

Le conflit sous-acromial chez le violoncelliste

Une des pathologies les plus fréquentes de l’épaule droite du violoncelliste est le « conflit sous-acromial ». L’articulation de l’épaule est composée de la tête de l’humérus, de l’omoplate (acromion) et de la clavicule. Entre l’acromion et la partie supérieure de la tête humérale, se situent les tendons des muscles de la coiffe des rotateurs (muscles permettant les mouvements de l’épaule). Lorsque l’espace entre ces 2  os est diminué, à chaque mouvement d’archet (surtout en abduction et rotation interne), les tendons se retrouvent coincés et en situation dite « de conflit » avec les os, ce qui les abîment progressivement. Une inflammation des tendons apparait alors générant des douleurs et une diminution progressive de la force des muscles. Ce mécanisme est favorisé par un déséquilibre musculaire, mais, également  par la difficulté de stabiliser l’omoplate lors du mouvement. En effet, pour fonctionner correctement, les muscles de la coiffe des rotateurs doivent avoir un point fixe au niveau de l’omoplate afin de développer une force musculaire permettant de mobiliser de manière optimale le membre supérieur. Or, l’instabilité de l’omoplate est très souvent observée chez des violoncellistes au niveau du bras droit. De plus, le port de l’archet augmente les contraintes au niveau de l’épaule par le simple poids qu’il représente.

Prévention, une action à mettre en place dès l’apprentissage du violoncelle

Le violoncelliste débutant semble particulièrement exposé car il va devoir non seulement gérer de nouvelles contraintes liées à l’apprentissage de cet instrument (poids de l’archet, mouvements répétés,…), mais, en plus il est dans une stratégie motrice particulièrement sollicitante pour l’épaule. D’autre part, l’instrumentiste non expert présente une variation dans les stratégies motrices développées au niveau du bras droit ce qui augmente l’effort musculaire à réaliser pour obtenir un son adéquat et une fatigue précoce. Il semble donc indispensable de mettre en place la prévention des pathologies de l’épaule dès le début de l’apprentissage du violoncelle. Le travail de cet instrument induit naturellement une faiblesse des stabilisateurs de l’omoplate et un développement de la force des muscles permettant de maintenir le bras sur le côté tout en déplaçant l’archet. Ce déséquilibre musculaire doit donc être compensé par des exercices spécifiques de renforcement au niveau des muscles rotateurs internes (exercice 1) et des stabilisateurs de l’omoplate (exercices 2 et 3), ainsi que des exercices d’étirement de l’épaule. Parallèlement, la posture du dos du violoncelliste doit être observée et corrigée dès le début de l’apprentissage.

Les informations et conseils proposés s’inscrivent dans une logique de prévention. Ils ne peuvent en aucun cas se substituer à la consultation d’un médecin ou d’un professionnel de santé pour l’établissement d’un diagnostic précis et la prescription d’un traitement adapté.

santé

Exercices pour limiter les effets de la sur-utilisation de certains muscles chez le violoncelliste. 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage