Select Page

« Les Funérailles des roses » : plongée dans la communauté gay tokyoïte des années 60

« Les Funérailles des roses » : plongée dans la communauté gay tokyoïte des années 60
Advertisement

L’action se déroule à Tokyo, dans la communauté homosexuelle autour du bar gay « Genet » dont Leda, une travestie sur le retour, assure la gérance. Gonda en est le propriétaire. En cachette de Leda, il a une liaison avec un jeune travesti Eddie.

Longtemps inédit en France, Les Funérailles des roses ressort sur nos écrans ce mercredi 29 août.

Toshio Matsumoto, Les Funérailles des roses (affiche)C’est une œuvre expérimentale, à mi-chemin du documentaire et de la fiction. Il s’agit d’abord d’une plongée quasi-ethnologique dans la communauté homosexuelle de Tokyo. Cette dimension-là est peut-être la plus intéressante du film et on regrette qu’elle n’ait pas été plus développée.

On y constate une mondialisation avant l’heure : celle qui caractérisa les années soixante partout dans le monde, qu’il s’agisse de la musique, des vêtements ou de la libération sexuelle. Mais on y découvre aussi combien le regard sur les homosexuels a changé : les questions posées aux travestis naturalisent l’homosexualité en en faisant une maladie dont on pourrait se soigner, voire une tare dont on devrait s’affranchir.

Les Funérailles des roses est par ailleurs une œuvre expérimentale – qui aurait dit-on inspiré Stanley Kubrick pour tourner Orange mécanique deux ans plus tard.

Une œuvre en noir et blanc qui mélange l’humour et le trash.
Une œuvre qui entend cultiver avec le spectateur une distanciation toute brechtienne grâce à des inserts de textes ou d’images.
Une œuvre qui ne se soucie pas de linéarité, mélangeant les scènes, effectuant des flashbacks inattendus – et volontiers incompréhensibles.
Une œuvre qui, s’il fallait lui trouver un thème, modernise pour mieux le travestir le mythe d’Œdipe dans ses toutes dernières minutes, particulièrement impressionnantes.

L’expérience, trop longue d’une vingtaine de minutes, peut décontenancer. Le cinéma de l’époque cherchait volontiers à le faire à force de surenchères esthétiques et narratives. Il y arrivait souvent ; il y arrive encore.

Tony PARODI

 



  • Ressortie : 29 août 2018
  • Genre : drame
  • Titre original : Bara no sôretsu
  • Classification : interdit aux moins de 12 ans
  • Avec Pitâ, Osamu Ogasawara, Yoshimi Jô, Koichi Nakamura, Flamenco Umeji, Saako Oota, Tarô Manji, Toyosaburo Uchiyama, Mikio Shibayama, Wataru Hikonagi, Fuchisumi Gomi, Chieko Kobayashi.
  • Image : Tatsuo Suzuki
  • Musique : Joji Yuasa
  • Distribution : non communiqué

En savoir plus sur le film avec CCSF : Les Funérailles des roses

 Toshio Matsumoto, Les Funérailles des roses



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait