Select Page

Les Grandes Écuries de Chantilly célèbrent la nature dans leur spectacle équestre

Les Grandes Écuries de Chantilly célèbrent la nature dans leur spectacle équestre
Advertisement

La nature, tel est le thème que Sophie Bienaimé, directrice équestre et artistique des Grandes Écuries du Domaine de Chantilly, a choisi pour son spectacle créé l’an dernier, 1er avril 2018, et qui fait son grand retour sous le dôme, depuis le 31 mars dernier.

Haute école, travail en liberté, longues-rênes… les cavalières proposent des numéros variés présentant les douze tableaux – comme les douze mois de l’année – autour des quatre saisons, accompagnées de musiciens et danseurs.

Entretien avec Sophie Bienaimé.

.

Votre spectacle actuel porte sur la nature : le thème vous est-il venu des préoccupations contemporaines ?

Pas du tout ! Tout est parti du fait que j’ai passé une journée à désherber une cour alors que je déteste le jardinage. À la fin de cette journée, je me suis interrogée sur la qualité du moment vécu et me suis rendu compte que j’avais apprécié ce travail. J’ai pris conscience que le plus important pour moi était d’être au contact de la nature et des chevaux. J’ai eu envie de remercier cette nature en proposant ce thème – en même temps qu’un autre – à la troupe, aux cavalières, qui l’ont choisi.

Vous parlez de troupe… J’ai lu par ailleurs que vos cavalières proposent les numéros, ou encore qu’Édouard Gameiro crée ses propres chorégraphies. Comment se déroule la construction collective d’un tel spectacle ?

Aux écuries, nous sommes sept cavalières à nous occuper des chevaux tout au long de l’année. J’invite chacune d’elles à nouer une relation harmonieuse avec son cheval, afin d’être en capacité de proposer des numéros en groupe ou en solo. Mon objectif est quant à moi de faire voir la beauté dans ce qu’elles me présentent. Dès lors qu’un spectacle est en préparation, les cavalières me font part de leurs envies : l’une voudra expérimenter la discipline des rênes à la ceinture, qui permet d’avoir les bras libres, quand une autre souhaitera présenter son cheval, avec de nombreux petits numéros… En réalité, nous lançons le mouvement, mais cela nous dépasse : tout le monde est force de propositions, de la costumière, qui peut avoir des idées complètement folles, aux musiciens, qui composent à partir du thème donné. Avec ma sœur, qui est metteure en scène, nous organisons le spectacle et harmonisons l’ensemble.

Combien de spectacles proposez-vous chaque année ?

Nous faisons tous les jours des animations équestres pour le public qui vient. Nos chevaux sont habitués au public, aux applaudissements, et nous pouvons ainsi répéter en public. C’est une grande chance ! Chacun de nos gros spectacles, comme Nature, est donné pendant deux ans, tandis que notre spectacle de Noël change chaque année, du fait que 30 à 40 % de nos spectateurs reviennent. Enfin, nous avons un spectacle estival, qui nous permet de sortir et montrer nos jeunes chevaux. Nous avons ainsi trois spectacles très différents chaque année.

De quels moyens de production disposez-vous pour monter un spectacle de si grande ampleur ?

Nous nous autofinançons intégralement, à 100 %, par la venue des spectateurs. Le musée du cheval a été créé à l’origine [en 1982, NDLR] sans subventions ; il n’en a toujours pas pour la production de ses spectacles. Il n’est donc pas question pour moi qu’un spectacle ne fonctionne pas ! Je n’ai pas le choix, sinon c’est notre mort. L’avantage pour nous est d’être à Chantilly, un lieu magnifique et touristique.

Indéniablement magnifique… mais excentré ! Cela joue-t-il sur la venue du public ?

Tout à fait, ne serait-ce que parce que nous ne pouvons pas faire de spectacles le soir… à mon grand regret. Si je le faisais, je me priverais des scolaires, des seniors, de nombreuses familles, de tous ceux qui n’aiment pas conduire la nuit… Or nous avons besoin de ces publics pour assurer notre vie. Nos grandes créations ont donc lieu à 14h30, le jeudi – pour les scolaires essentiellement – et le dimanche, pour les familles. Nous recevons également beaucoup d’associations de cavaliers.

Quelle est la particularité de ce nouveau spectacle ?

Le groupe de chevaux présenté à ce spectacle est très homogène et a beaucoup progressé, c’est-à-dire que nous travaillons avec eux depuis quatre ou cinq ans. Il y a un excellent niveau ! Un autre aspect, que j’aime particulièrement : les musiciens ont créé toute la musique, pour chacun des numéros. Danseurs, musiciens, cavalières, costumière… C’est vraiment un travail de troupe !

Propos recueillis par Pierre MONASTIER

Informations & Réservations : Domaine de Chantilly
Spectacle Nature du 31 mars au 27 juin 2019, puis du 15 septembre au 3 novembre 2019.
Représentations : jeudi, dimanche et certains jours fériés.
Tarifs : 17 euros (enfants de 3 à 17 ans) ou 21 euros (adultes)



Crédits photographiques : ©RBPresse – P.Renauldon

Nature_Couturière_©RBPresse-S.Rispail00032



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook