Dans la lignée des disquaires et des libraires, les revendeurs d’instruments de musique souffrent dans un marché culturel tendu comme jamais. Dans le Puy-de-Dôme, ils se concentrent sur Clermont-Ferrand où quatre d’entre eux ont fermé ces dernières années. La faute à Internet ? Pas seulement.

[Écho de la presse]

À Clermont-Ferrand, deux magasins de musique ont fermé ces toutes dernières années. Deux autres, emblématiques, viennent compléter la liste : c’est fini pour Clermont Musique depuis quelques jours, après quarante ans de services. Et pour Sainte-Cécile (l’une des plus anciennes enseignes clermontoises datant du milieu du XIXe siècle) c’est prévu à la toute fin de l’année.

Euterpe Musique apparaît maintenant comme le dernier descendant de ces magasins généralistes desquels on ressortait avec la flûte à bec pour l’école, une guitare, un 45 tours, une sono et une pile de nouvelles partitions. Ils sont à la peine depuis des décennies. Résistent comme toujours le haut de gamme, les magasins spécialisés en vente, fabrication ou réparation de types d’instruments : les cordes, les vents, les pianos (du côté de Riom), les guitares ou les batteries… Mais, au niveau national, 30 % d’entre eux vont tout de même fermer dans les prochaines années.

Lire l’article de Pierre-Olivier Febvret, Chemcha Rabhi et Pascal Larcher dans La Montagne.