fbpx

Sélectionner une page

« Mes provinciales » : fébrile(s) jeunesse(s)

« Mes provinciales » : fébrile(s) jeunesse(s)
Publicité

La vingtaine, Étienne monte à Paris poursuivre ses études de cinéma. Il laisse derrière lui Lucie, sa petite amie, dont sa nouvelle vie va lentement mais sûrement l’éloigner.

Il partage un appartement avec Valentina, puis avec Annabelle, qui préfère aux bancs de l’université l’ambiance militante des luttes prolétariennes et dont il tombe amoureux. Il se fait des amis à Paris VIII, en classe de cinéma : Jean-Noël, un fidèle second, toujours de bonne humeur, et surtout Mathias, qui embrasse une conception intransigeante de son art au risque de se mettre ses camarades à dos.

Un des meilleurs films de l’année ?

Jean-Paul Civeyrac, Mes provinciales (affiche)Il existe une bonne demi-douzaine de raisons de détester ces Provinciales : son titre prétentieux, avec son adjectif possessif, singulier et narcissique, sa référence prétentieuse à Pascal (il y vilipendait les « petits arrangements » des Jésuites), son noir et blanc chichiteux, le jeu artificiel de ses acteurs, qu’illustre par exemple une scène de classe aux dialogues trop lus, la vie oisive sans compas ni boussole de ses personnages, leur manichéisme dans l’opposition entre William, qui ne jure que par Fincher et Verhoeven, et Mathias, qui se réclame de Murnau et de Ford…

Mais, on pourrait aussi, pour les mêmes exactes raisons, y voir un des meilleurs films de l’année.

Mes Provinciales n’emprunte pas seulement au titre de Pascal et à son sujet, mais aussi à cette faune de Parisiens que nous avons tous connus et dont nous avons parfois fait partie, d’autant plus « parisiens » qu’ils n’étaient pas nés dans la capitale, qu’ils venaient d’y « monter » et qu’ils étaient désireux d’en comprendre les codes et d’en adopter les tics.

Le noir et blanc donne au film une patine intemporelle – même si l’actualité la plus récente est évoquée incidemment, qu’il s’agisse de l’élection d’Emmanuel Macron ou des ZAD – et filme au plus près des visages encore adolescents d’une émouvante beauté.

Un jeu qui sert tout en nuances de profonds dialogues

Une pléiade d’acteurs qu’on a déjà vus dans des petits films français et qui déploient, avec la grâce touchante de leurs vingt ans un jeu tout en nuance : Andranic Manet, le double autobiographique du réalisateur, l’incandescente Sophie Verbeeck (Le Collier rouge), la fragile Diane Rouxel (Les Garçons sauvages), la mutine Jenna Thiam (L’Indomptée, L’Année prochaine), Corentin Fila (Quand on a 17 ans)…

Des dialogues sans doute trop écrits, mais d’une rare profondeur, comme l’illustre précisément cette scène de classe où s’affrontent deux conceptions antinomiques du cinéma, l’une guidée par le plaisir qu’il doit donner au spectateur, l’autre campée sur l’intransigeance de sa seule pureté.

Et enfin la vie tout simplement. Celle de ces jeunes adultes que nous avons tous été, au temps où l’horizon des possibles nous était infini, au temps où nous étions sur le point de réussir notre vie, au risque de la rater, avant tout bêtement de la vivre.

Tony PARODI

 



Jean-Paul Civeyrac, Mes provinciales, France, 2017, 136mn (noir et blanc)

  • Sortie : 18 avril 2018
  • Genre : comédie dramatique
  • Classification : tous publics
  • Avec Andranic Manet, Diane Rouxel, Jenna Thiam, Gonzague Van Bervesselès, Corentin Fila, Nicolas Bouchaud, Charlotte Van Bervesseles, Sophie Verbeeck, Valentine Catzeflis.
  • Image : Pierre-Hubert Martin
  • Distribution : ARP Selection

En savoir plus sur le film avec CCSF : Mes provinciales

Jean-Paul Civeyrac, Mes provinciales, avec Corentin Fila, Gonzague Van Bervesselès, Andranic Manet

Corentin Fila, Gonzague Van Bervesselès, Andranic Manet



Découvrir toutes nos critiques de films



Publicité

Laisser un commentaire

A l’affiche

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

RSS Les blogs du Mag’