Découvrez notre sélection de vidéo-clips récents et partez en un magnifique voyage musical avec Denez Prigent, Lioness Shape, Johanna Reyjasse & The Bell Orchestra, J. Frey, Stéphanie Moraly, Romain David, Louis-Jean Cormier et Meylo.

LA PLAYLIST-VIDÉO DE LAURIE AMONT

À VOS CASQUES… PRÊTS ? ÉCOUTEZ !

Au cœur de la crise sanitaire que nous traversons et qui n’en finit plus, il existe des consolations. L’une d’entre elles, non des moindres, c’est la sortie de clips musicaux, qui nous plongent dans des univers variés, envoûtants, sensuels, joyeux ou électriques.

Nous en dévoilons sept récents, à commencer par l’extraordinaire chantre breton qu’on ne présente plus : Denez Prigent. Mais cette sélection fait également la part belle aux jeunes artistes, avec des clips extraits d’un premier EP. C’est le cas de Johanna Reyjasse & The Bell Orchestra, de J. Frey et de Meylo.

.
1/ Denez Prigent, le chantre breton tient ferme le gouvernail du vent

Il est le poète contemporain de la Bretagne ancestrale, un passeur des deux mondes : celui des vivants et celui des morts, celui du visible et celui de l’invisible. Denez Prigent mêle ainsi les musiques actuelles aux musiques ancestrales, les mots d’aujourd’hui à la poésie éternelle. Enregistré à Plestin-les-Grèves, en pays du Trégor, dans les Côtes-d’Armor, Stur an Avel (« Le Gouvernail du Vent ») est le onzième album du chantre breton. Quatorze compositions originales y sont rassemblées, et quelques belles collaborations sont à mentionner : le rappeur Oxmo Puccino, la chanteuse Aziliz Manrow, les percussionnistes de la Kevrenn Alre ou encore le musicien Yann Tiersen et sa compagne Emilie Quinquis.

« Je dédie en toute humilité cet album à la Bretagne, dit Denez Prigent. Elle est ma terre, ma force, ma langue. Et une langue c’est l’âme d’un peuple, sa vraie richesse. Cette langue et cette âme nous avons failli les perdre, quand ce qu’on appelle un ethnocide a été entrepris en Bretagne. Et nous risquons encore de les perdre si nous ne continuons pas à les défendre. Ce combat est universel, car la langue et l’âme de la Bretagne n’appartiennent pas qu’au peuple breton, elles sont au monde, une part supplémentaire d’humanité, un phare dans la nuit, un chemin de plus… »

Suivre l’artiste : site officiel  Facebook  YouTube

.
2/ Le trio Lioness Shape chante l’impermanence

Lioness Shape a dévoilé le 7 mai 2021 son album Impermanence. Voilà déjà deux ans que le projet mûrit au sein du label Laborie Jazz. Lioness Shape est un trio emmené par Manon Chevalier, chanteuse, compositrice et ses deux complices, Ophélie Luminati à la batterie et Maya Cros aux claviers et Fender Rhodes. La formation, toute récente, propose une ambiance musicale entre indie pop jazz et jazz du monde. Impermanence est un disque qui souhaite porter un message de courage à toutes les femmes, « pour qu’elles se rendent compte de cette force incroyable qu’elles ont en elles. Force qu’elles s’efforcent de réprimer chaque jour au nom de la beauté. » En premier extrait de l’album, voici la vidéo du titre Self-Reliance enregistrée au Studio Ouï-Dire.

Suivre l’artiste : site officiel Instagram  Facebook

.
3/ Johanna Reyjasse & The Bell Orchestra jouent dans la rosée du matin

Il ne faut pas se fier aux apparences… Il s’agit là d’une groupe français, et même nantais pour être plus précis. Johanna Reyjasse & The Bell Orchestra, à l’univers de soul américaine affirmé, ont sorti leur premier EP, Morning Dew, le mois dernier. Du son analogique de Claude Samnick (cofondateur des Studios Bellarue) aux guitares de Philippe Laï et Damien Boescher, des claviers de Philippe Laï, Miniman et Thomas Machicoane à la batterie de Fabien Perrodeau, de l’harmonie entre lead et rythmique aux sonorités vintage des Fender Rhodes et orgue Hammond B3, le collectif flirte sur les cordes de la soul, le tout emporté par la voix de Johanna Reyjasse et les arrangements de Philippe Laï.

Nous trichons un peu ici : il ne s’agit pas d’un clip… mais la musique est si entraînante !

Suivre l’artiste : site internet Facebook Instagram

.
4/ Stéphanie Moraly et Romain David en incandescence

C’est notre choix « classique » de cette sélection : la violoniste Stéphanie Moraly et le pianiste Romain David réunissent quatre œuvres qui portent selon eux l’expression de l’incandescence – état d’un corps qui, soumis à une très forte chaleur, émet un rayonnement lumineux – et font briller les derniers feux du romantisme. Leur album réunit ainsi trois sonates pour violon : la dernière, en ré mineur, de Johannes Brahms (1888), celle en si mineur d’Ottorino Respighi (1917) et celle en ut# mineur d’Ernö Dohnanyi (1912), ainsi que la Romance en ré majeur du compositeur polonais Karol Szymanowski (1910). Enregistré par Little Tribeca en septembre dernier à la Salle Colonne à Paris, l’album est dirigé artistiquement par Ignace Hauville. Stéphanie Moraly joue sur un Léopold Renaudin de 1783, tandis que Romain David joue sur un Steinway & Sons modèle D.

Suivre l’artiste : site officiel  Facebook YouTube Instagram

.
5/ J. Frey en immersion pour son premier EP

Chanteur, auteur et compositeur, J. Frey s’inscrit dans un style pop-électro actuel emprunt d’une couleur vintage, influencé sans conteste par la musique soul, funk, rock, reggae ou dancehall. Après avoir sorti plusieurs singles comme « Get Up », « Tender Love » ou « She’s Gone », J. Frey annonce la sortie de son 1er EP de six titres, Immersion, pour le 21 mai 2021 sur le label Artpills Records.

Suivre l’artiste : site officiel Facebook Instagram

.
6/ Jean-Louis Cormier, le Québécois qui met le ciel au plancher

Auteur-compositeur-interprète et ancien leader du groupe Karkwa, Jean-Louis Cormier vient de sortir son clip intitulé « Le ciel est au plancher », qui est par ailleurs le titre éponyme de son nouvel album — le quatrième en solo pour cet artiste de quarante ans. Sa musique fleure bon la fin des années 1970 et les années 1980, à l’époque où le synthétiseur était un instrument royal. Le clip est réalisé par Benjamin Lussier, avec les danseurs Chad E Concepcion (aussi chorégraphe), Guillaume Michaud et Édith Collin-Marcoux.

.
7/ Meylo vous le chante et le répète

Originaire d’une famille du Togo, la jeune chanteuse et guitariste Meylo se reconnaît nourrie de pop, de soul, de reggae. Ladyblues, son premier EP produit par Vanupié et disponible chez Underdog Records, mêle la pop et la soul, les sonorités contemporaines du hip hop et des réminiscences de musique traditionnelle africaine. Après « Dance with me », « Lila » et « Lady Blues », Meylo dévoile son quatrième clip en orbite : « Come Again », une chanson d’amour qui prend la forme d’une douce rêverie. Le clip est réalisé à Paris par OBBI.

Suivre l’artisteFacebook  Instagram

Laurie AMONT