Select Page

« Notre pain quotidien » : le chef-d’œuvre de King Vidor n’a pas pris une ride

« Notre pain quotidien » : le chef-d’œuvre de King Vidor n’a pas pris une ride
Advertisement

Frappé par la Grande Dépression, un jeune couple new-yorkais, John et Mary Sims, s’installe à la campagne pour exploiter une ferme hypothéquée. Inexpérimentés, ils sollicitent l’assistance d’inconnus de passages pour retaper leur bicoque et cultiver leurs champs.

★★★☆

Une coopérative se crée qui fonctionne grâce à la complémentarité des talents de chacun. Mais les ennuis s’accumulent : le manque d’argent d’abord, la sécheresse ensuite.

Face à la crise : angoisse, désir et fraternité

Affiche Notre pain quotidien, film de King Vidor, avec Karen Morley, Tom Keene, Barbara PepperNotre pain quotidien (1934) est un témoignage marquant sur le New Deal. L’Amérique est alors plongée dans la crise. Elle ne sait pas encore qu’elle va s’en relever grâce à la politique volontariste de Franklin D. Roosevelt.

Elle est partagée entre deux sentiments complémentaires : l’angoisse de la crise et le désir ardent d’en sortir. Ce sont ces deux sentiments qui sont au cœur du film de King Vidor.

Comme John Ford dans Les Raisins de la colère, il montre que la fraternité humaine est le meilleur antidote à la crise et viendra à bout de tous les défis.

S’agit-il pour autant d’un manifeste communiste, comme on en fit le reproche au cinéaste ? Pas du tout. C’est moins vers les kolkhozes soviétiques que vers le messianisme des Pères fondateurs que lorgne Vidor.

Optimisme et individualisme

Pour le laver de tout soupçon de communisme, il suffit de comparer Notre pain quotidien à Octobre, sorti six ans plus tôt. Si le second est un hommage au prolétariat révolutionnaire, le premier est tout entier centré sur les personnages : John, sa femme Mary, Chris le paysan suédois, Louie le repris de justice… La collectivité est une somme d’individualités, pas une force anonyme comme elle l’était chez Eisenstein.

Par son optimisme indéboulonnable, par son individualisme forcené, Notre pain quotidien, loin d’être un brûlot socialiste, est déjà un film profondément américain.

Tony PARODI
.

 



King Vidor, Notre pain quotidien, États-Unis, 1934, 74mn

  • Sortie française : 12 octobre 1934 (ressortie : 18 octobre 2017)
  • Titre original : Our Daily Bread
  • Genre : drame
  • Classification : tous publics
  • Avec Karen Morley, Tom Keene, Barbara Pepper, Addison Richards, John Qualen, Lloyd Ingraham, Henry Hall, Sidney Bracey.
  • Distribution : Théâtre du Temple

En savoir plus avec notre partenaire CCSF : Notre pain quotidien

Notre pain quotidien, film de King Vidor, avec Karen Morley, Tom Keene, Barbara Pepper



Découvrir toutes nos critiques de films



Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait