La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a mis sous instance de classement au titre des monuments historiques pour une durée d’un an l’orgue de l’église Saint-Mansuy de Villers-en-Haye (Meurthe-et-Moselle), menacé à brève échéance par des travaux qui nuiraient de manière irréversible à son intérêt historique et patrimonial.

Les Verschneider sont une célèbre famille de facteurs d’orgues originaire de la Moselle, et plus précisément de Puttelange-aux-Lacs, petite commune de trois mille habitants posée sur les rives de la Mutterbach. Pendant trois à quatre générations, du milieu du XVIIIe siècle à la fin du XIXe, la famille Verschneider a construit des instruments aux quatre coins de ce qui est aujourd’hui la région Grand-Est. Le dernier représentant est même connu pour avoir reconstruit l’orgue de l’église Saint-Eustache, au cœur du quartier parisien des Halles.

Les orgues Verschneider sont ainsi visibles en Moselle (Guenviller, Atlviller, Diffembach-les-Hellime, Garreboug…), en Meurthe-et-Moselle (Essey-lès-Nancy), en Meuse (Saint-Maurice-sous-les-Côtes, Saint-Mihiel), dans le Bas-Rhin (Herbitzheim) ou encore dans le Territoire de Belfort (Bessoncourt, Giromagny, Phaffans…).

On trouve également un orgue Verschneider à l’église Saint-Mansuy – du nom du premier évêque de Toul connu au IVe siècle – du petit village de Villers-en-Haye (moins de deux cents habitants), qui daterait de 1840-1845 ; originellement construit pour la commune voisine de Regniéville-en-Haye et transféré en 1896, il serait l’œuvre des trois frères qui forment la troisième génération de facteurs d’orgues mosellans. Il est constitué d’un clavier de cinquante-quatre notes et d’un pédalier de treize notes.

L’orgue, dont la tuyauterie a été restaurée en 2006 mais qui est actuellement menacé par des travaux, fait l’objet d’un classement provisoire au titre des monuments historiques. Il a fallu que des organistes et spécialistes du patrimoine instrumental de la région en appellent au ministère de la Culture pour que cet instrument exceptionnel obtienne un premier sursis, en attendant une décision plus pérenne.

« Ce délai permettra de surseoir aux travaux envisagés tout en engageant les services de l’État et la collectivité territoriale propriétaire à mener une réflexion sur la valorisation et la protection de cet instrument exceptionnel, explique de son côté le ministère de la Culture. Il fait figure d’exception dans le patrimoine des orgues des villages de Meurthe-et-Moselle. »

Élodie NORTO

.



Crédits photographiques : Profession Spectacle