Le chanteur et compositeur de jazz Jon Hendricks est mort à l’âge de 96 ans. Rares sont les figures qui ont autant influencé le genre musical par la voix, si l’on comprend que chanter du jazz signifie être capable de créer et d’improviser dans le même sens que tout joueur instrumental. Il était le dernier de sa génération, un hipster et un manieur de mots, qui non seulement chantait, mais écrivait également la musique.

Jon Hendricks a enseigné le jazz et fut un critique réputé. Outre l’écriture et le chant, il a également composé de nombreuses musiques et des documentaires. Ses performances de scat ont marqué plusieurs générations.

À la pointe de la technologie de superposition

Il fut surtout connu pour avoir été l’un des membres phares du trio vocal « Lambert, Hendricks and Ross ». Il a ainsi enregistré, avec Dave Lambert, un album en enregistrant à plusieurs reprises leurs voix, de telle sorte qu’ils remplacent tous les instruments ; cette technique de superposition était alors quasi inconnue. Ce projet expérimental est devenu l’album Sing a Song of Basie.

Le trio se sépare en 1963, Jon Hendricks commence sa carrière solo, qui se poursuit – à Londres et aux États-Unis, pendant près de cinquante ans. Sa tournée Evolution of the Blues rencontre un vif succès, tournant dans le monde pendant près de cinq ans. Un de ses derniers projets eut lieu dans le cadre du groupe « Four Brothers », un quartet de chanteurs de jazz, avec qui il se produit en concert en 2002 et 2003.

Mise en voix de Miles Davis

Pendant de nombreuses années, Jon Hendricks envisage d’interpréter vocalement l’album Miles Ahead de Miles Davis, sans pouvoir néanmoins l’achever. Le pianiste, compositeur et arrangeur britannique Pete Churchill lui apporte alors son aide. En 2016, le projet est présenté à New York par le Churchill’s London Vocal Project, en présence de Jon Hendricks.

Vanessa LUDIER