Sur proposition de Franck Riester, ministre de la Culture, le Président de la République a nommé, pour un deuxième mandat, Serge Lasvignes dans ses fonctions de président du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou. Franck Riester tient à saluer le bilan de Serge Lasvignes à la tête du Centre Pompidou et se félicite de sa reconduction.

Communiqué

Nommé à la tête du Centre Pompidou en 2015, Serge Lasvignes s’est d’abord attaché à développer le Centre Pompidou à l’international, en menant à bien en particulier l’ouverture, à l’automne 2019, du Centre Pompidou West Bund Museum à Shanghai. Ce projet, reposant sur la présentation dans ce lieu nouveau des collections du musée national d’art moderne, vient compléter l’implantation réussie, et renouvelée sous le mandat de Serge Lasvignes, du Centre Pompidou à Malaga. Dans la continuité de cette stratégie, le projet Kanal-Centre Pompidou devrait permettre de créer une autre implantation du Centre à l’étranger, en l’espèce à Bruxelles.

En parallèle, l’éducation artistique et culturelle et l’ouverture du Centre Pompidou à tous les publics sur tout le territoire a été au cœur de l’action engagée ces cinq dernières années. Le Centre Pompidou a ainsi fortement renforcé ses actions envers les jeunes publics, avec par exemple l’ouverture en 2019 du centre « Milles formes » créé avec la ville de Clermont-Ferrand et dédié aux enfants de 0 à 6 ans. Les publics professionnels n’ont pas été oubliés, avec le lancement de l’initiative « l’École Pro », modèle innovant pour renouveler le lien entre musées et entreprises. Le Centre Pompidou Metz a également contribué à cette présence accrue dans les territoires, auprès d’un public diversifié.

Le mandat de Serge Lasvignes a également permis le lancement de plusieurs projets structurants pour le Centre Pompidou : d’une part, celui du centre de réserves à Massy-Palaiseau, fruit d’un partenariat entre l’État, le Centre et les collectivités d’Ile-de-France, au service de la conservation des collections exceptionnelles du musée national d’art moderne, tout en permettant le développement de nouvelles actions de diffusion de ces collections en Ile-de-France ; d’autre part, le lancement des travaux de mises aux normes des équipements du centre et la modernisation de la « chenille » (escalier mécanique extérieur emblématique du bâtiment de Renzo Piano et Richard Rogers).

Le Centre Pompidou a enfin su, depuis 2015, renforcer la nature interdisciplinaire de sa programmation, tant par ses expositions temporaires – comme l’ont montré le succès de l’exposition « Préhistoire » ou les grandes rétrospectives consacrées au Cubisme ou à César –que par sa programmation artistique, cinématographique et culturelle, faisant la part belle aux débats de société et à l’ouverture sur le monde.

Source : ministère de la Culture

.