Le verbe signer est le plus souvent transitif : on signe un document, on y appose sa signature. Mais signer peut aussi être intransitif : parler en langue des signes.

C’est dans cette seconde acception, plus rare chez les entendants, qu’il faut comprendre le titre du documentaire de Nurith Aviv.

Langage, tradition, transmission

Nurith Aviv, Signer (affiche du documentaire)Au début de l’année 2011, j’avais déjà vu d’elle, dans un Trois Luxembourg archi-comble, son documentaire Traduire, consacré aux traductions de l’hébreu. Dans le même cinéma, aux rangs cette fois-ci nettement plus clairsemés, le seul qui à Paris le diffuse, j’ai vu Signer dont le thème n’est pas si éloigné de Traduire. Dans les deux cas, il s’agit de langage, de tradition, de transmission.

Signer apprend que la langue des signes n’est pas universelle ou, pour le dire autrement, qu’on ne signe pas de la même façon d’un pays à l’autre. Je l’ignorais. Pourtant, quand on y réfléchit un instant, l’évidence s’impose : la langue est le reflet d’une culture, d’un rapport aux mondes et les malentendants, comme les entendants, entretiennent un rapport au monde différent selon le pays où ils ont grandi.

Il n’existe pas une langue des signes mais des langues des signes, réparties en grands groupes linguistiques aux frontières étonnantes : la langue des signes israélienne appartient au groupe allemand tandis que le groupe suédois rassemble bizarrement la langue des signes finlandais et… portugais.

Une langue filmée… quid des autres ?

Signer montre comment la langue des signes israélienne s’est construite au début du vingtième siècle, à partir d’apports allemands, marocains ou algériens. Il montre aussi comment, dans des communautés arabes, des langues des signes autonomes se sont développées. Chacune a son idiosyncrasie. Chacune a ses particularités, qui implique non seulement les mains mais le corps tout entier : le visage, le buste, etc.

Ce documentaire trop modeste dure une heure seulement. Il se limite à Israël. On aurait aimé qu’il ait plus d’ambition et qu’il s’ouvre à d’autres horizons. Le tour du monde des langues des signes reste à filmer.

Tony PARODI

 



Nurith Aviv, Signer, France, 2018, 98mn

  • Sortie : 7 mars 2018
  • Genre : documentaire
  • Classification : tous publics
  • Distribution : 24 images

En savoir plus sur le film avec CCSF : Signer

Debby Menashe et sa fille, Israël dans Signer, documentaire de Nurith Aviv

Debby Menashe et sa fille Israël dans Signer, documentaire de Nurith Aviv



Découvrir toutes nos critiques de films