Dans un futur proche, pour aller au théâtre, il faudra se connecter. Être connecté… Bienvenue dans la dystopie imaginée par Philippe Touzet.

Arrêt Buffet

Le meussieur – Bonjour les anfants !

Un grrouppe d’anfants – Bonjour meussieur !

Le meussieur – Bonjour Maddamme…

La métrèçe – Bonjour Meussieur…

Le meussieur – Je sui eureu de vous aqueuillire devent se manific théâtre… Qui pe me dirre se ke sé qu’un théâtre ?

Rojé – Un imeuble !

La métrèçe – Rojé !

Le meussieur – Mé Rojé a réson… Le théâtre et avent tou un lieu… Avent meme d’etre un art…

Pricillu – Un art avec des flaiches ?

Le meussieur – Non… Un art sans flaiche…

Pricillu – Alor, sa sere a rien !

Mailiça – Mé non, tu confon avec un arque !

Pricillu – Pardon meussieur, j’ai confondi…

Le meussieur – Sé pas grav’… Donk, le théâtre et avent tout un lieu… Les grecs anssiens nomé se lieu « theatron »…

Rémon – Les gréquanquois ?

La métrèçe – Les grecs anssiens, ce sont des jeans qui vivé dans un paihi ki sapelé la grece anssienne…

Rémon – Merci Maddamme…

La métrèçe – Derien, je sui paillé pour…

Le meussieur – Theatron, le lieu dou lon voi… Qui a antandu parlé des oteurs de la grece antik ?

Rojé – Sé plus la grece anssienne ?

Phalappe – Sé pas en toc ?

Le meussieur – Antik…

Pricillu – Moi Meussieur, moi ! Le paul antik et le paul antartique ! (Bug). J’ai encore confondi…

Le meussieur – Sé pas grav’… Allé, les anfants ! Alon au théâtre ! Suivé moi !

Mailiça – Pardon Maddamme, on pe suivre le Meussieur ?

La métrèçe – Mé oui, nous somme la pour sa !

Rémon – Sa me fé drole de rantré kelke par…

Pricillu – Moi ossi…

Phalappe – Mé sé pour de fo !

Rémon – Kes ke tan sé sé pour de fo !

Pricillu – La more elle a une fo et sé pourtan vré !

Ils antrent dan le théâtre…

Le meussieur – Bon tou le monde, vou fete comme moi, vou branché votre tradukteure sur l’opssion vieu frencé… Voilà, c’est bon, on peut continuer… Comme tout ce qui est écrit dans ce lieu est écrit en vieux français, étant donné que cet endroit appartient au passé, il me semble plus judicieux de continuer notre visite en utilisant ce langage d’un autre temps…

La maîtresse – Quelle bonne idée, c’est tout à fait charmant…

Rojé – Moi quand je parle en vieux français, je comprends pas ce que je dis…

Pricillu – Ça doit pas te changer beaucoup…

Rojé – Qu’est-ce que tu dis ?

Rémon – Si tu comprends pas ce que tu dis, je te rassure, nous non plus on ne comprend pas ce que tu dis !

Rires

Rojé – Ah faquins, marauds, vous vous gaussez de moi, je m’en vais vous botter le postérieur avec le plat de ma rapière !

Mailiça – Mais c’est pas vrai, Rojé, t’as encore mal réglé ton traducteur !

Phalappe – T’es allé trop loin…

Le monsieur – Les enfants, s’il vous plaît, un peu de calme…

La maîtresse – S’il vous plaît, silence !

Phalappe – C’est Rojé…

Rojé – Fidèle compagnon, vas-tu cesser de babiller ! Il nous faut obéir aux valeurs de la Chevalerie… Ce que Femme veut, Dieu veut ! Tais-toi !

Le monsieur – Nous voici donc à l’intérieur du théâtre, communément appelé l’accueil ou le hall d’entrée…

Phalappe – Rojé, t’es un vrai boulet…

Rojé – Preux chevalier, je n’entends point la signification du mot boulet…

Phalappe – Moi non plus, c’est à cause du traducteur, ça m’est venu comme ça…

La maîtresse – Rojé, Phalappe, je vais vous séparer…

Phalappe – Elle peut toujours essayer…

Le monsieur – Pourquoi sommes-nous dans le hall d’accueil ?

Priscilllu – Parce que vous nous avez dit d’entrer…

Le monsieur – Oui, c’est vrai… Je reformule ma question. Pourquoi les êtres humains de l’époque attendaient-ils dans ce hall d’accueil ?

Mailiça – Ils attendaient que quelqu’un les accueille…

Le monsieur – Non…

Rémon – Ils attendent quelqu’un qui ne vient pas… Qui ne viendra jamais…

Rojé – Palsambleu ! Quelle drôle d’idée, niquedouille !

Le monsieur – Pourquoi tu dis ça ?

La maîtresse – Rémon, arrête de dire des bêtises !

Rémon – Parce que c’est comme ça…

Le monsieur – Les êtres humains de l’époque attendaient dans le hall d’accueil pour pouvoir payer leurs places…

Phalappe – Payer !

Mailiça – Au secours !

Rojé – Coquin de sort ! La coupe est pleine !

Priscillu – Appelez la police !

La maîtresse – Cher monsieur, vous êtes certain de ce que vous avancez…

Le monsieur – Oh que oui… Les gens payaient pour aller voir une pièce de théâtre…

Phalappe – Une pièce, un morceau, même pas un truc en entier !

Priscillu – En version intégrale !

Rémon – Quelle horreur !

Rojé – Mon royaume pour un cheval !

Mailiça – Pourquoi tu dis-ça ?

Rojé – Je sais pas… Mais j’aime bien !

Le monsieur – Écoutez-moi… Le théâtre était un art mais aussi une industrie qui reposait sur une économie très fragile… Les gens… Qu’on pouvait appeler à titre individuel spectateur ou spectatrice mais en tant que collectif, on pouvait dire… Public.

Priscillu – J’y comprends plus rien…

Mailiça – C’est compliqué tout ça… Ils devaient pas se marrer à l’époque…

Rémon – J’espère qu’on va pas avoir une interro là-dessus…

La maîtresse – Les enfants, écoutez…

Le monsieur – Les gens payaient pour aller voir du théâtre… Et avec l’argent récolté, on pouvait payer les gens qui travaillaient dans le théâtre…

Phalappe – Mais monsieur, pourquoi payer ? Les gens, ils regardent le théâtre et après ils s’en vont…

Le monsieur – Mais parce que le théâtre ce n’est pas qu’un lieu, on va au théâtre pour voir du théâtre…

Phalappe – C’est ce que je viens de dire…

Rojé – Ventrebleu ! Je n’y entrave que goutte !

Mailiça – Mais monsieur… Ce n’est pas la peine de payer les gens quand tout est gratuit…

Priscilllu – Pourquoi payer quand tout est gratuit ?

La maîtresse – Je vous avoue que, moi aussi, j’aimerais bien comprendre…

Le monsieur – Mais enfin, Madame, en qualité d’enseignante, vous êtes bien rémunérée pour ce que vous faites ?

La maîtresse – Je suis sponsorisée par une marque de barres chocolatées…

Rémon – Il suffit de cliquer et c’est gratuit !

Mailiça – On prend nos cliques et nos cliques et c’est gratuit !

Phalappe – Le monde entier est gratuit !

Le monsieur – Attendez, attendez… Je crois qu’on s’est mal compris. Ou plutôt, je me suis mal fait comprendre… Les gens, les êtres humains de l’époque, ils ne cliquaient pas pour aller au théâtre…

Pricillu – Nous non plus on ne clique pas, c’est façon de dire…

Phalappe – Il suffit de penser très fort et voilà…

Le monsieur – Je sais tout ça… Ce que je veux dire, c’est qu’autrefois, les gens allaient au théâtre… Physiquement.

Phalappe – Quoi ?

Mailiça – Au secours !

Rojé – Coquin de sort ! La soupe est pleine !

Priscillu – Appelez les pompiers !

La maîtresse – Cher monsieur, vous êtes certain de ce que vous avancez…

Le monsieur – Oh que oui…

Rémon – Ils sortaient dehors !

Pricillu – Les gros malades !

Phalappe – Ils sont fous, ces humains !

Mailiça – Il ne faut pas sortir dehors !

Pricillu – C’est interdit !

Rémon – Dehors c’est la mort !

Phalappe – La mort c’est dehors !

Le monsieur – Aujourd’hui, oui… Mais autrefois, les êtres humains pouvaient sortir…

Pricillu – Dehors ?

Le monsieur – Oui…

Rémon – Et c’était bien ?

Le monsieur – Je n’en sais pas plus que vous… Mais je pense que c’était bien…

Rojé – O tempora, O mores…

Pricillu – Rojé, arrête de tripoter ton traducteur !

Rojé – Quid ?

La maîtresse – Et alors, les êtres humains de l’époque se rejoignaient dans ce lieu pour… Pour faire quoi ?

Le monsieur – Suivez-moi, suivez-moi, n’ayez pas peur !

Ils entrent dans la salle de spectacle…

Mailiça – Whaaaa…

Phalappe – Tout ce rouge…

La maîtresse – Magnifique…

Rémon – Je sais pas à quoi ça sert mais c’est vachement beau…

Rojé – Deus ex machina…

Pricillu – Pourquoi tous ces fauteuils sont alignés les uns à côté des autres ? Tous dans la même direction…

Mailiça – Ils devaient regarder un écran géant…

Phalappe – N’importe quoi ! Les gens, ils prennent tous les risques de la mort qui tue pour aller voir un écran géant alors qu’ils ont des écrans partout chez eux !

Le monsieur – On appelait ça, le cinéma. Mais restons concentrés sur le théâtre…

Rémon – C’est déjà assez compliqué comme ça…

La maîtresse – Excusez-moi, cher Monsieur, mais si les fauteuils sont dans cette configuration, cela veut dire que les gens s’asseyaient côte à côte…

Le monsieur – Oui…

La maîtresse – Cela veut dire qu’ils se frôlaient, qu’ils s’effleuraient, qu’ils se touchaient…

Pricillu – C’est dégoûtant !

Phalappe – Beurk !

Rojé – Ave César, morituri te salutant !

Le monsieur – Ils se serraient la main, ils s’embrassaient, ils s’enlaçaient… Ils s’asseyaient, côte à côte, ils étaient quelques-uns, ils étaient des dizaines, ils étaient des milliers pour écouter et voir une histoire…

Rémon – Ça ne m’étonne pas que ça soit à partir de ce moment-là que ça a commencé à déconner…

Phalappe – Et sérieusement !

Le monsieur – Derrière le rideau rouge, il y a une scène où se retrouvaient des comédiens et des comédiennes qui, sous la direction d’un metteur en scène, jouaient des textes écrits par des auteurs ou des autrices de théâtre…

Pricillu – Oh la la, monsieur, vous allez trop vite… Vous pouvez ouvrir le rideau ?

Le monsieur – Bien sûr…

Le rideau s’ouvre…

Rémon – Y a rien…

Le monsieur – Le plateau est nu, il manque plein de choses à commencer par le décor…

Phalappe – Y a rien mais… On dirait que ça raconte déjà une histoire…

La maîtresse – Oh, c’est bien ce que tu viens de dire, Phalappe… Il faut que tu le notes, nous en parlerons en cours…

Phalappe – Bien Madame…

Mailiça – Fayot…

Phalappe – C’est quoi un fayot ?

Mailiça – Je sais pas, c’est le traducteur…

Rojé – Oh good Lord! That’s amazing!

Pricillu – Mais monsieur, qu’est-ce que c’est des comédiens ?

Le monsieur – Alors, d’après ce que j’ai pu comprendre…

Sonnerie bruyante !

La maîtresse – Nous allons être déconnectés !

Phalappe – Déjà ?

La maîtresse – Dites au revoir au Monsieur…

Les enfants – Au revoir, Monsieur !

La maîtresse – Merci monsieur, c’était très bien ! Les enfants, une fois déconnectés, n’oubliez pas de débrancher votre hologramme !

Pricillu – Mais moi, j’aurais bien aimé savoir ce que c’est que des…

Deuxième sonnerie, très forte. Comme un coup de tonnerre.

Le fils – Papa ! Papa !

Le monsieur – Mais qu’est-ce que tu fais là ?

Le fils – Maman a besoin de la connexion… Elle dirige une visite-guidée au Taj Apple Mahal…

Le monsieur – C’est beau, non ?

Le fils – Quoi ?

Le monsieur – Ce lieu… Le théâtre. Et les hommes et les femmes qui travaillaient pour le théâtre… Les hommes, les femmes et les enfants qui allaient au théâtre… Autour d’une histoire, tous les soirs… C’est beau, non ?

Le fils – Maman attend sa connexion…

Philippe TOUZET

.
Lire les dernières chroniques bimensuelles de Philippe Touzet :
Écrire du théâtre, aujourd’hui… Trois ans après
Explication de texte
Ça fait combien de temps que je suis là ?

.



Auteur de théâtre, scénariste de fictions radio, président des Écrivains associés du théâtre (E.A.T) de 2014 à 2019, Philippe Touzet tient une chronique bimensuelle dans Profession Spectacle depuis janvier 2021, intitulée : « Arrêt Buffet ».



.