Sélectionner une page

« Trois contes de Borges » : et un, et deux, et trois

« Trois contes de Borges » : et un, et deux, et trois
Publicité

Un vieil homme aveugle raconte à une jeune femme trois histoires : la rencontre au bord d’un fleuve du jeune Borges avec son double vieillissant, celle d’un mendiant prétendant détenir dans le creux de sa main un disque qui n’a qu’une seule face, celle d’un vendeur de bibles qui possède un livre infini.

J’ai découvert Jorge Luis Borges très jeune, quand un ami m’a mis Fictions dans les mains et, comme tant d’autres, j’ai été immédiatement emporté par ses courtes histoires qui posent, l’air de rien, d’insolubles questions métaphysiques. Son intelligence aiguë, son érudition, sa façon de jouer avec le lecteur m’ont dérouté, séduit, fasciné.

Aussi, trente ans plus tard, je n’ai pas voulu rater l’adaptation au cinéma qui était faite de trois nouvelles tirées du Livre de sable. Bernardo Bertolucci en 1970 et Carlos Saura en 1992 ont réalisé deux films que je n’ai pas vus, inspirés de deux de ses nouvelles.

Quelle ne fut ma déception !

Trois contes de Borges est un film prétentieux, bavard, mal joué, dont les personnages s’apostrophent indifféremment en français, en espagnol, en portugais, en anglais ou en allemand – histoire d’illustrer le plurilinguisme de l’écrivain qui partagea sa vie entre l’Europe et l’Amérique latine.

Chacun des trois contes, très courts – « El otro », « El disco », « El libro de arena » – est tour à tour mis en images et déclamé par le personnage principal, au cas où on ne l’ait pas compris du premier coup. Le tout voudrait « mettre en péril nos rapports au temps, à l’image, au langage » (sic). La seule chose mise en péril est notre résistance à l’ennui qui nous gagne, aussi bref soit ce film de soixante-dix-sept minutes à peine.

Le film de Maxime Martinot, tourné en 2014, a mis plus de quatre ans à trouver le chemin des écrans. Encore n’est-il sorti à Paris que dans deux salles confidentielles. En deuxième semaine, une seule le programmait encore. On comprend pourquoi…

Tony PARODI

 



  • Sortie : 4 juillet 2018
  • Genre : film d’aventures
  • Classification : tous publics
  • Avec Hector Spivak, Juan Pablo Mino, Frédérique Monblanc, Guillaume Jestin, Caroline Sordia, Julio Cesar Carillo, Adriano Do Vale Salguerio, Daniele Gavelli, Benjamin Hameury, Vincent Kröhn, Léo Richard
  • Image : Cyrille Hubert
  • Distribution : Vendredi Distribution

En savoir plus sur le film avec CCSF : Trois contes de Borges

Maxime Martinot, Trois contes de Borges



Découvrir toutes nos critiques de films



Publicité

Laisser un commentaire

Vidéos Avignon OFF 2019 : les compagnies parlent de leurs spectacles !

affiche le phèdre éternelle festival avignon off 2019affiche les travailleurs de la mer festival avignon off 2019Affiche UN CHAMP DE FOIRE festival avignon off 2019affiche faut-il tout dire dans un couple avignon off 2019affiche spectacle le crepuscule avec John Arnold et Philippe Girard festival off avignon 2019affiche spectacle marjorie falusi en folie festival d'avignon off 2019affiche spectacle kosh festival off avignon 2019affiche spectacle les échos ruraux festival off d'avignon 2019affiche spectacle building festival off d'avignon 2019affiche spectacle penetrator festival off d'avignon 2019affiche spectacle j'arriverai par l'ascenseur de 22h43 festival off avignon 2019affiche spectacle Fushigi festival off avignon 2019affiche spectacle en panne au festival off d'avignon 2019affiche spectacle un week-end sur deux au festival off d'avignon 2019

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook