VIDÉO – Associations culturelles employeuses : que cache ce phénomène en pleine explosion ?

VIDÉO – Associations culturelles employeuses : que cache ce phénomène en pleine explosion ?
Publicité

Le phénomène associatif est en pleine expansion en France. Selon une étude menée par Viviane Tchernong et Lionel Prouteau, nous sommes passés de 1,3 à 1,5 million d’associations entre 2011 et 2017. La plupart d’entre elles ne compte pas de salariés.

Le secteur artistique et culturel participe de ce développement, puisqu’il est passé de 250 000 à 350 000 associations en dix ans, mais il a une originalité propre : sa croissance est portée par des associations employeuses. Par associations culturelles employeuses, nous entendons des compagnies, des structures de coopération, des groupes travaillant dans l’éducation artistique et culturelle, etc.

L’association Opale, Centre de ressources pour les associations culturelles qui souhaitent un accompagnement local, a publié les résultats de la seconde édition de son enquête sur les associations culturelles. En 2007, on recensait 30 000 associations culturelles employeuses. Aujourd’hui, elles sont plus de 40 000, soit une augmentation de près de 35 %.

Ce qui n’est pas sans poser beaucoup de questions… Qu’est-ce qui explique un tel engouement ? Quelles sont les évolutions majeures observées au cours de ces dernières années ? Le fait que les associations se multiplient ne risque-t-il pas de fragmenter toujours plus les subventions, d’aller vers une logique de Marché concurrentiel ? La crise sanitaire a-t-elle un effet sur ce phénomène ? En somme : quelles sont les forces et les faiblesses d’un tel phénomène ?

INVITÉS
Cécile Offroy, sociologue à l’université Paris-13
Luc de Larminat, codirecteur d’Opale
Lucie Lambert, directrice de Mains d’Œuvres et présidente de l’Usine à Chapeaux.

Modération : Pierre Gelin-Monastier, rédacteur en chef

POINTS ABORDÉS DURANT LA TABLE RONDE
– Caractéristiques d’une association culturelle employeuse.
– Mutualisation/coopération…
– Hypothèses expliquant ce phénomène de société.
– Emploi.
– Hybridation des ressources.
– Impact de la crise sanitaire.
– Hétérogénéité disciplinaire et budgétaire.
– Sous-financement de la création artistique.
– Place du bénévolat
– …

Propos recueillis par Pierre GELIN-MONASTIER

.



Soutenez la presse indépendante
en vous abonnant à notre chaîne YouTube.

Un petit geste pour vous, un soutien majeur pour nous !



 

Newsletter

Sélectionner une ou plusieurs listes :
Publicité

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.