« En économie, quand quelque chose est gratuit, c’est que c’est vous le produit. » La mise en garde de Philippe Mutricy (BpiFrance) est claire : les acteurs majeurs du numérique captent de la valeur en déroutant du chiffre d’affaires à leur profit, au détriment du consommateur. Qu’est-ce que ce « numérique déroutant » ? Comment y faire face ?

En juillet dernier au Village du Off d’Avignon, lors de la table ronde organisée par Altaïr think tank sur le thème : « Un nouvel internet pour de nouveaux usages et de nouvelles pratiques », Philippe Mutricy est intervenu pour dénoncer ce qu’il appelle le « numérique déroutant ». Le directeur de l’évaluation, des études et de la prospective à la Banque populaire d’investissement montrait comment l’économie a progressivement été transformée par le numérique, évoquant une révolution industrielle plus profonde que ce que l’on peut penser.

« En économie, quand quelque chose est gratuit, c’est que c’est vous le produit. Quand l’utilisateur ne paye pas Google, c’est que Google a trouvé une façon d’exploiter sur nous-mêmes, qui lui permettent de générer des super revenus et d’atteindre des valorisations considérables. »

Mais cette révolution, loin d’être terminée, n’en est qu’à une étape intermédiaire selon Philippe Mutricy : « Il y a une nouvelle étape qui est en train de s’ouvrir, qui verra l’ubérisation d’Uber par de nouveaux acteurs. » Car le système actuel a des failles. Il en explique les détails pour Profession Spectacle, tout en donnant quelques conseils afin de nous responsabiliser devant ces grands bouleversements qui s’annoncent.

La Banque populaire d’investissement finance près de 80 000 entreprises chaque année, à hauteur de 20 milliards d’euros. Plusieurs fonds, gérés par BpiFrance, sont destinés aux industries créatives, notamment des sociétés de spectacle, dont un récemment mis en place en partenariat avec l’Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFSIC).

Interview : Pierre MONASTIER
Image : Yves TRAUGER

.
Voir aussi :

Vidéo. Les conseils de Tristan Nitot (Qwant) pour sortir du capitalisme de surveillance

.