Select Page

« La Caméra de Claire » : le Rohmer coréen égal à lui-même

« La Caméra de Claire » : le Rohmer coréen égal à lui-même
Advertisement

Manhee, une jeune Coréenne qui travaille dans une société de distribution de films, est brutalement licenciée par sa patronne pour « malhonnêteté ». Grâce à Claire, une enseignante française rencontrée par hasard dans les rues de Cannes, elle apprendra les causes de sa disgrâce : sa patronne était amoureuse du réalisateur So avec lequel Manhee a eu une liaison éphémère.

★☆☆☆

Même relation adultère, nouvelle ville

Hong Sangsoo est de retour. Deux mois seulement après Seule sur la plage la nuit, le Rohmer coréen nous livre son vingt-troisième film

Une productivité à la Woody Allen pour un réalisateur qui ressasse à l’infini les mêmes thèmes et les mêmes situations : des histoires d’adultère entre des réalisateurs portés sur la bouteille et des jeunes filles en fleur, de longs dialogues filmés alternativement sur une plage ou dans un restaurant enfumé, où les nombreux cadavres de bouteille témoignent de libations bien arrosées.

Dans La Caméra de Claire – un titre qui louche vers Le Genou de Claire d’Éric Rohmer en évoquant une caméra que Claire n’a pas (elle a certes un appareil photo – en anglais « camera » – mais « L’appareil photo de Claire » sonnait sans doute moins bien) -, Hong Sangsoo s’est expatrié. Il l’avait déjà fait en Allemagne dans le premier tiers de son précédent film.

Ici, il plante sa caméra à Cannes dont chaque plan d’extérieur, dans les rues sinueuses de la vieille ville ou sur la plage face à l’Estérel, même si le soleil n’est pas toujours au rendez-vous, a un parfum de vacances et de festival.

Aveu d’un manque de souffle ?

Il retrouve Isabelle Huppert, qu’il avait déjà fait tourné en 2012 dans In Another Country ; l’actrice française s’en donne à cœur joie (« C’est la première fois que je viens à Cannes ») dans le personnage d’une gentille fée.

Le film dure soixante-neuf minutes seulement et se finit en queue de poisson. C’est sa principale qualité et son principal défaut. Car cette durée, qui tangente celle d’un moyen-métrage, est la forme pertinente d’un cinéma de l’épure, réduit à quelques scènes, comme une nouvelle de Maupassant. Mais c’est aussi l’aveu tacite de ses limites, de son manque de souffle sinon d’ambition.

Tony PARODI

 



Hong SANG-SOO, La Caméra de Claire, France – Corée du Sud, 2017, 69mn

  • Sortie : 7 mars 2018
  • Titre original : Keul le eo ui ka me la
  • Genre : drame
  • Avec Kim Min-hee, Isabelle Huppert, Chang Mi-hee, Jung Jin-young.
  • Distribution : Jour2Fête

En savoir plus sur le film avec notre partenaire CCSF : La Caméra de Claire

La Caméra de Claire, film de Hong Sangsoo, avec Isabelle Huppert et Kim Min-hee



Découvrir toutes nos critiques de films



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

R.O.C & Folk

dessin coupe du monde footballdessin_roc_johnny_heritage