Select Page

L’aventure théâtrale de la décentralisation : un documentaire d’exception

L’aventure théâtrale de la décentralisation : un documentaire d’exception
Advertisement

Avec Une aventure théâtrale, 30 ans de décentralisation, Daniel Cling signe un documentaire de grande qualité, qui retrace près de trente-quatre ans de décentralisation théâtrale. Les écueils étaient nombreux, tant la masse d’archives et d’acteurs pouvaient provoquer un éparpillement des problématiques, au risque de perdre le spectateur. La clef ? Une narration fluide, guidée par un témoin et protagoniste de l’histoire, tissée par des rencontres aux quatre coins de la France.

Comment rendre compte de cette formidable aventure que fut la décentralisation dramatique ? Entre 1947 et 1981, des comédiens, metteurs en scènes, techniciens et auteurs furent saisis d’un désir puissant de porter l’acte théâtral au-delà des sphères traditionnelles, essentiellement parisiennes, vers un public renouvelé et jusque-là exclu.

L’histoire de la décentralisation par ceux qui l’on faite

Robert Abirached

Cette aventure s’apprêtait à tomber progressivement dans l’oubli, du fait de la mort progressive des personnalités qui ont fait cette histoire et malgré les travaux importants – en quatre volumes – publiés par Robert Abirached. En quelque 100 minutes, Daniel Cling réussit le délicat pari de nous entraîner sur les traces vivantes de ce qui constitua une série de révolutions dans le monde du spectacle vivant.

Ce documentaire, initié et produit par l’Union des Artistes, raconte ainsi l’histoire de la décentralisation par ceux qui l’ont faite. Près d’une quarantaine de personnalités sont convoquées, au fil des rencontres menées par l’un des acteurs de la décentralisation : Philippe Mercier. Il a huit ans lorsque débute la décentralisation, dix-sept au moment de rejoindre l’aventure, avec la Comédie de l’Ouest. Au carrefour des générations, Philippe Mercier tisse une vaste toile de rencontres, qui laissent progressivement entrevoir l’importance et l’ampleur d’un tel mouvement.

Un théâtre exigeant pour tous

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs figures du monde théâtral éprouvent le besoin de reproduire l’exemple des Copiaux, ce groupe fondé par Jacques Copeau qui quitta Paris dans les années 20 pour s’installer en Bourgogne. Parmi eux, le gendre du fondateur du théâtre du Vieux-Colombier : Jean Dasté.

Influencés par l’éducation populaire et un catholicisme social, plusieurs troupes partent à la rencontre de nouveaux publics. Les responsables s’appellent Jean Dasté à Saint-Étienne, André Clavé à Colmar, Maurice Sarrazin à Toulouse… La situation est précaire, leur créativité artistique et humaine sans limite : ils promeuvent un théâtre exigeant, des répertoires inédits, une relation de proximité avec leur public.

Au commencement était un désir…

Françoise Bertin

Le film s’ouvre avec le magnifique témoignage de Françoise Bertin, qui meurt peu après le tournage, en 2014. Compagne artistique de Jean Dasté, elle raconte les délicates premières années de ce qui allait devenir la Comédie de Saint-Étienne, entre les tournées de bar du metteur en scène pour aller chercher le public et la situation précaire dans laquelle il vivait. Comme en écho, le témoignage d’Isabelle Sadoyan en fin de documentaire évoque les mêmes difficultés, lorsque Roger Planchon ouvre un théâtre à Villeurbanne.

Daniel Cling ne se perd pas dans les nombreuses archives qui existent sur cette période mais les emploie au contraire avec finesse et parcimonie, pour améliorer la fluidité de la narration ou mettre en exergue le sens de son propos. Saluons au passage le travail de la monteuse, Anne-Marie Leduc, avec qui le réalisateur travaille depuis une vingtaine d’années.

Dans l’intimité de la rencontre

Trois périodes se dégagent ainsi nettement dans l’histoire de la décentralisation : l’âge enthousiaste des pionniers, entre 1947 et 1959, l’époque des héritiers, accompagnés par André Malraux, entre 1959 et 1968, suivie enfin de l’ère des créateurs tout-puissants, de 1968 à 1981. Le basculement s’opère avec la disparition des troupes dans les institutions, au profit des seuls metteurs en scène.

Outre l’intérêt historique évident du documentaire, sa force réside dans cette série de rencontres menées par Philippe Mercier, qui nous fait entrer dans l’intimité des protagonistes de l’aventure. Dans un salon, au cours d’un dîner ou derrière un bureau, chacun livre sa vision du phénomène, entre anecdotes et principes fondateurs. La caméra mobile favorise cette intimité, par le dispositif du champ-contrechamp privilégié par Daniel Cling, auquel vient s’ajouter la foisonnante musique de Jonathan Harvey.

Raccorder le passé au présent

Loin d’être nostalgique, ce film raccorde le passé au présent, comme pour mieux nous inviter à faire nôtre cette histoire, susceptible d’irriguer de nouveau la création et le fonctionnement du théâtre aujourd’hui – contre la logique marchande véhiculée par un néolibéralisme impérialiste.

Ce film est une incontestable réussite, à montrer dans toutes les écoles de théâtre et dans les institutions héritières de cette intuition inégalable et inégalée. Le film sera projeté, le 12 juillet prochain à 18h, à la Nef des images du festival d’Avignon, avant une sortie en salles – espérons-le – à l’automne prochain, puis une édition DVD.

Pierre MONASTIER



Équipe du film

Réalisateur : Daniel Cling

Avec (par ordre alphabétique) : Robert Abirached, Françoise Bertin, Roland Bertin, Emile Biasini, Catherine Dasté, Jean Dasté, Sonia Debeauvais, Pierre Debauche, Général de Gaulle, Aristide Demonico, Jacques Fornier, Gabriel Garran, Hubert Gignoux, Georges Goubert, JeanLouis Hourdin, Evelyne Istria, Jacques Kraemer, JeanFrançois Lapalus, Jacques Lassalle, Jeanne Laurent, René Loyon, André Malraux, Philippe Mercier, Gabriel Monnet, Guy Parigot, Roger Planchon, Jack Ralite, Guy Rétoré, Isabelle Sadoyan, Maurice Sarrazin, Christian Schiaretti, Bernard Sobel, André Steiger, Arlette Téphany, Pierre Vial, Jean Vilar, Hélène Vincent, Jean-Pierre Vincent, Antoine Vitez.

Montage : Anne-Marie Leduc

Image : Guillaume Martin, Jacques Besse, Damien Fritch

Musique : Jonathan Harvey

Son : Nicolas Joly, Thomas Perlmutter, Emmanuelle Sabouraud, Eric Tayné, Samuel Mittelman

Productrice : Céline Loiseau

Coproduit par : Josiane Schauner, Olivier Bourbeillon

Producteurs associés : Miléna Poylo & Gilles Sacuto

Une production TS Productions et l’Union des Artistes, en coproduction avec Bix Films, Paris-Brest Productions, avec la participation de Vosges Télévision et Rennes Cité Média et le soutien  de l’Adami,  d’Audiens et du Ministère de la culture. Avec l’aide du Centre national du cinéma et de l’image animée.



OÙ VOIR LE FILM ?

Projections connues :

  • 13 juillet à 16h : la Nef des images (Avignon) – en présence du réalisateur, de Philippe Mercier et de l’Union des Artistes.
  • 18 juillet à 11h : cinéma Utopia (Avignon) – en présence du réalisateur, de Jean-Pierre Vincent et de l’Union des Artistes.



FIN



 

Advertisement

Laisser un commentaire

Suivez-nous

Restez informé !

Rencontre avec Anne-Christine Micheu autour des droits culturels

Nous soutenons …

affiche barcelone en scene à paris theatreaffiche Quand on sait