Instant classique – 10 mars 1900… 121 ans jour pour jour. Lucien Wurmser crée une « danse » de Claude Debussy à la Société nationale de musique : un bloc de joie et de soleil. Un petit bijou de jeunesse !

Voici cent vingt-et-un ans aujourd’hui, c’est Lucien Wurmser qui crée une « danse » de Claude Debussy à la Société nationale de musique. Il s’agit d’une œuvre de jeunesse, sûrement de plus de dix ans antérieure, qui n’est qu’un bloc de joie et de soleil.

Pas étonnant alors qu’elle porte le nom plus connu de Tarentelle styrienne, la Styrie étant, si vous ne le savez pas, une vaste région du sud de l’Autriche. C’est un peu incongru car il ne s’agit pas vraiment d’une région à tarentelles. C’est comme si vous disiez « valse calabraise », ça ne va pas de soi (et pourtant, ce doit être joli, une valse calabraise !). Tarentelle styrienne, c’est pourtant le nom sous lequel elle est publiée chez Choudens en 1890.

Mais qu’importe ! Cette pièce est intégrée dans la Suite bergamasque et en vivifie les couleurs dans une joyeuse précipitation. Ce petit bijou n’échappe pas, plus tard, à l’œil avisé de Maurice Ravel, qui orchestre la pièce en 1923. Mais c’est l’original pour piano seul que je vous propose, d’autant que c’est son anniversaire ! La voici par le volubile Aldo Ciccolini.

Cédric MANUEL

.



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »