Pour le (quatrième) mariage du compositeur et chef d’orchestre André Messager, il y a 138 ans aujourd’hui, Gabriel Fauré compose un madrigal pour petit chœur ou pour quatre voix, une sorte de joute verbale entre jeunes gens des deux sexes.

C’est pour le mariage du compositeur et chef d’orchestre André Messager avec sa première épouse que Gabriel Fauré compose en 1883 ce madrigal pour petit chœur ou pour quatre voix, avec piano (il l’orchestrera plus tard). Étrange cadeau que cette mélodie sur un poème d’Armand Silvestre qui décrit en fait une sorte de joute verbale entre jeunes gens des deux sexes et qui dit ceci :

(Les jeunes gens)
Inhumaines qui, sans merci,
Vous raillez de notre souci,
Aimez ! Aimez quand on vous aime !

(Les jeunes filles)
Ingrats qui ne vous doutez pas
Des rêves éclos sur vos pas,
Aimez ! Aimez quand on vous aime !

(Les jeunes gens)
Sachez, ô cruelles Beautés,
Que les jours d’aimer sont comptés.
Aimez ! aimez quand on vous aime !

(Les jeunes filles)
Sachez, amoureux inconstants,
Que le bien d’aimer n’a qu’un temps.
Aimez ! aimez quand on vous aime !

(Ensemble)
Un même destin nous poursuit
Et notre folie est la même :
C’est celle d’aimer qui nous fuit,
C’est celle de fuir qui nous aime !

 

On ignore ce qu’en a pensé André Messager, mais le fait est que cette mélodie avec piano est présentée à la Société nationale de musique voici cent trente-huit ans aujourd’hui même. Outre l’orchestration, Fauré intègre cette chanson dans ses tardifs « Masques et bergamasques », trente-cinq ans plus tard.

Il faut noter que le thème musical choisi, d’une grande simplicité, est en fait tiré de Bach, sans doute parce que cela avait une signification particulière pour les deux amis.

C’est d’abord une version pour chœur qui a été créée, mais j’ai choisi celle pour quatre voix, ce qui me permet d’avoir le plaisir de vous proposer quatre chanteurs de la fine fleur du chant français.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »