Instant classique – 16 février 1839… 182 ans jour pour jour. Felix Mendelssohn compose un quatuor en quatre mouvements, de facture assez classique, mais enjoué et vivifiant… faisant « plus d’effet que les autres » !

« Il fait plus d’effet que les autres. » C’est Felix Mendelssohn qui le dit ! En 1837-38, il écrit coup sur coup deux quatuors, qui portent le même numéro d’opus (op. 44, n° 1 et 2). Par un curieux tour de passe-passe, le premier de ces deux quatuors a été en réalité achevé après le second, mais passons. Ces deux quatuors sont dédiés à « Son Altesse royale le Prince héritier de Suède » et publiés chez Breitkopf et Härtel à Leipzig (où Mendelssohn est le tout puissant patron de la musique) en juin 1839.

Le quatuor op. 44-1 est donc créé dans cette ville, au Gewandhaus, voici tout juste cent quatre-vingt-deux ans aujourd’hui. Mendelssohn l’avait achevé au mois de juillet précédent et avait d’ailleurs écrit à son ami, le violoniste Ferdinand David (né comme lui à Hambourg), qui figurera parmi les quatre créateurs de la partition : « J’ai terminé mon troisième quatuor en ré majeur et je l’aime bien… Il est plus fougueux et fait plus d’effet que les autres. »

Le quatuor a, comme il se doit, quatre mouvements et dure une petite demi-heure. Il n’est pas révolutionnaire, de facture assez classique (notamment son second mouvement, Menuetto), mais il est enjoué et vivifiant. D’aucuns considèrent qu’il est le pendant chambriste de la symphonie italienne, antérieure de quelques années, ce que laisse penser son finale des plus impétueux. Mais juste avant lui, vous entendrez l’un des plus beaux mouvements lents qui soit.

Le tout joué avec beaucoup de fraîcheur par les musiciens du Quatuor Artémis.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »