Sélectionner une page

17 décembre 1865 : mais bon sang, Franz Schubert, qu’est ce que t’as foutu ?

17 décembre 1865 : mais bon sang, Franz Schubert, qu’est ce que t’as foutu ?
Publicité

Instant classique – 17 décembre 1865… 153 années jour pour jour. C’est 37 ans après la mort du compositeur que Joseph Herbeck dirige à Vienne la création d’une symphonie jusqu’alors inédite, bien que connue, de Franz Schubert.

Sa particularité ? Elle n’a que deux mouvements achevés. Herbeck y a ajouté les fragments d’un scherzo et le finale de la troisième symphonie, au style pourtant bien différent. Ah là là, encore une œuvre inachevée du pauvre Schubert, fauché par la mort en 1828 à 31 ans, me direz-vous. Eh bien pas du tout ! Il est très clairement établi que ce qui allait devenir l’un des morceaux les plus connus de la musique dite classique (en tout cas le 1er mouvement) a été entamé le 30 octobre 1822. C’est écrit sur la première page.

Pourtant, dans sa correspondance, Schubert n’en dit pas un mot alors qu’il évoque abondamment ses autres réalisations du moment. Un an plus tard, alors qu’il est nommé membre d’honneur de la société musicale de Styrie, il remercie les responsables de celle-ci en leur annonçant l’envoi d’une symphonie (il ne parle cependant pas d’une « nouvelle »…). Ils ne reçurent jamais rien… Amis de Schubert, les frères Hüttenbrenner ont toujours affirmé que Schubert avait préparé une symphonie dédiée à son frère, mais qu’il n’avait pas terminée et qu’ils avaient réduite pour piano à quatre mains.

Mais alors pourquoi diable ne l’a-t-il pas terminée ? Depuis trois ans, Schubert est en plein doute. On ne compte plus les partitions entamées, abandonnées puis reprises et à nouveau délaissées. Schubert hésite sans cesse entre la tentation de l’opéra, de la musique de chambre, de la musique symphonique ou religieuse et des lieder, lui qui n’a pourtant déjà plus rien à prouver. Et finalement, elle restera dans les tiroirs, conservée par les frères Hüttenbrenner qui la prêtent à Herbeck… qui la crée.

Elle devient dès lors la partition la plus célèbre de Schubert, avec la fameuse truite bien sûr. On ne peut que regretter, au vu de ce qu’on y entend, que Schubert n’ait pas repris son œuvre. Franchement t’es pas cool.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Publicité

Laisser un commentaire

A l’affiche

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook