Select Page

17 janvier 1847 : Frédéric Chopin vit des nocturnes (presque) sans George

17 janvier 1847 : Frédéric Chopin vit des nocturnes (presque) sans George
Advertisement

Instant classique – 17 janvier 1847… 172 années jour pour jour. Ce 17 janvier 1847 n’est pas la date d’une création publique, ni même l’autographe sur une partition pour en immortaliser l’achèvement.

C’est la date de parution de la Gazette musicale, qui fait ce jour-là la critique de deux nouveaux nocturnes de Frédéric Chopin, composés l’année précédente et dédiés à l’une de ses élèves, Mlle de Könneritz.

Et voici ce que la gazette en dit : « Ces deux nocturnes d’un mouvement lent, d’une teinte mélancolique, exhalent de mystérieux parfums de poésie. Ici encore, il faut une exécution fine, délicate, d’une exquise sensibilité. Ces mélodies fiévreuses, cette harmonie inquiète, réclament une touche sympathique, une âme au bout des doigts. »

Il faut dire que la grande passion avec George Sand, si orageuse et si profonde pourtant, ne tournait plus rond depuis quelques temps. L’année 1847 en verrait d’ailleurs le terme et toute la période était pour Chopin terriblement compliquée, tandis que sa santé déclinait inexorablement

Il n’est pas si étonnant de percevoir une douleur, notamment dans le second nocturne, qui se termine dans un souffle. Mais pour l’âme au bout des doigts, pas de problème, elle était toujours là.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Advertisement

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook