Instant classique – 18 juillet 1925… 94 ans jour pour jour. En 1925, Paul Hindemith qui n’a pas encore trente ans se consacre surtout à sa carrière d’instrumentiste. Il avait été violon solo de l’orchestre de l’opéra de Francfort et participait activement à la vie artistique d’un quatuor alors fameux.

Mais il a déjà un nom comme compositeur, résolument avant-gardiste, ce qui lui vaut quelques déconvenues. En 1925, donc, il compose un concerto pour orchestre, œuvre qui a pour objet de mettre en avant successivement plusieurs instruments de l’orchestre d’où son nom. Cette œuvre courte est créée à Duisbourg sous la direction de Paul Scheinpflug.

C’est une partition fort intéressante car comme souvent, Hindemith, tout en regardant devant comme je le rappelais ci-dessus, n’oublie pas de tirer les leçons du passé, qui continuent et continueront longtemps d’imprimer leurs marques à tous les compositeurs présents et à venir. Et pour lui, c’est Bach la boussole. Il tente donc une sorte de synthèse entre les techniques employées au XVIIIe siècle et ce qu’il a lui-même tenté dans ses fameuses Kammermusiken.

Pour le musicologue Philippe Torrens, c’est une « œuvre instable qui évolue sans cesse entre des pôles opposés ». Jugez vous-mêmes !

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »