Instant classique – 19 décembre 1841… 179 ans jour pour jour. Frédéric Chopin compose un « Allegro de concert », un fier morceau de bravoure, réputé très difficile.

En décembre 1841 (mais on n’est pas sûr du jour), Frédéric Chopin publie chez l’éditeur Schlesinger, à Paris, un « Allegro de concert », qui paraît également chez Bretkopf et Härtel à Leipzig. On est à peu près certain que Chopin préparait alors, soit un troisième concerto pour piano et orchestre, soit un concerto pour deux pianos et orchestre, avec des esquisses dès 1831. Mais ces projets n’ont pas abouti.

En entendant ce fier morceau de bravoure, réputé très difficile, on imagine bien, en effet, qu’un orchestre puisse l’accompagner. La partition, finalement laissée pour piano seul, est dédiée à Friederike Muller-Streicher, une élève du compositeur qu’il appréciait beaucoup. Franz Liszt la surnommera d’ailleurs « Mademoiselle 46 », puisque cet allegro de concert est numéroté 46 dans la production de Chopin. On ne sait pas très bien ce qu’il en pensait. Mais les témoignages indiquent qu’il aurait dit à un ami : « C’est la pièce que je jouerai à mon premier concert lorsque je rentrerai dans la ville libre de Varsovie. » Il n’aura donc jamais l’occasion de le faire.

Cette page est plutôt délaissée par beaucoup de grands pianistes, qui la trouvent soit injouable, soit mineure (l’une cherchant à excuser l’autre). Claudio Arrau en a pourtant laissé un enregistrement légendaire.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »