Instant classique – 1er avril 1894… 127 ans jour pour jour. Alors qu’il vient d’avoir vingt ans, Rachmaninov compose un poème symphonique d’un petit quart d’heure : Le rocher. Une partition déjà très prometteuse, souvent très scintillante.

Le rocher est l’une des premières œuvres de Sergueï Rachmaninov, composée alors qu’il avait à peine 20 ans. Poème symphonique d’un petit quart d’heure, il a deux sources d’inspiration : un poème de Lermontov, Le Rocher, qui sert de dédicace à la partition : « Un nuage doré a sommeillé sur le sein d’un rocher géant » mais aussi un court récit de Tchekhov, En voyage, qui raconte l’histoire de la rencontre idyllique entre un homme d’âge mur et une jeune femme dans une auberge. Je ne suis pas allé lire ce récit pour savoir ce que le rocher venait faire là-dedans, notez bien.

Le jeune Rachmaninov, à peine sorti du Conservatoire, présente sa partition à l’immense Tchaïkovski, héros musical de Rachmaninov, durant l’année 1893. Son mentor la trouve fort à son goût, bien que la partition soit dédiée à Rimsky-Korsakov, et promet d’en diriger la création. Las ! Il meurt en octobre et Rachmaninov, profondément affecté, attendra plusieurs mois avant de la faire exécuter à Moscou, sous la direction de Vassili Safonov et en guise de cadeau d’anniversaire, Rachmaninov étant né un 1er avril, en 1873.

La partition est déjà très prometteuse, souvent très scintillante – notamment le très joli début. La voici par l’orchestre symphonique d’État d’URSS, dont on reconnaît les timbres très acides aux cuivres – caractéristiques des orchestres soviétiques – sous la direction d’un des plus grands chefs russes, Evgeny Svetlanov.

Cédric MANUEL

.



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »