1er janvier 1957 : eh bien dansez, maintenant (et bonne année !)

Publicité

Quoi de mieux pour ouvrir cette nouvelle année qu’un conte de fée ? Parce qu’on ne va pas se mentir, la réalité n’est pas très joyeuse… Alors, autant se nourrir de musique et d’histoire pour rêver, ne serait-ce qu’un instant : voici Le Prince des pagodes, un ballet dont nous fêtons le 65e anniversaire cette année.

Le Prince des pagodes de Benjamin Britten est un ballet (en trois actes) commandé par le Royal Ballet en 1954 et dont la chorégraphie est confiée à John Cranko. C’est ce dernier qui imagine le premier scénario, d’abord appelé « Le serpent vert », qui s’inspire de contes fameux comme La Belle et la Bête, mais aussi du Roi Lear (on est en Angleterre, que diable !). Il établit une liste de danses souhaitées et laisse totale liberté à Britten. Le ballet devient Le Prince des pagodes.

Il raconte l’histoire d’un empereur qui doit décider qui de ses deux filles sera l’héritière du trône. Il choisit la méchante Belle Épine, l’aînée, au détriment de la gentille (et jolie, évidemment) Belle Rose. Des grenouilles magiques (on ne sait si elles sont françaises) emportent alors Belle Rose dans le monde des Pagodes où elle rencontre un prince charmant (ben tiens), sous l’apparence d’une salamandre. Finalement, les deux s’en reviennent chez l’empereur pour affronter Belle Épine… et gagner évidemment !

Britten imagine une musique très séduisante, qui s’inspire ici ou là de sonorités entendues en Asie, en particulier en Indonésie dans la musique balinaise dont il reprend quelques instruments et quelques caractéristiques de tonalité. Le ballet est créé voici tout juste soixante-cinq ans aujourd’hui à Londres. Il sera remodelé en 1989, bien après la mort de Britten qui avait dédié la partition à la fille de Gustav Holst, Imogen. C’est aussi lui qui dirige ici le très beau finale du ballet en forme de valse… Une valse, dites-moi, mais oui, c’est encore l’heure (et c’est bientôt à Vienne aussi).

Tout ceci pour vous souhaiter une merveilleuse année, pleine de tout ce que vous souhaitez, et notamment de musique (celle que vous voudrez du moment qu’elle vous fait du bien !).

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



 

Newsletter

Publicité

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletters

Les dessins de Caly

les dessins de caly retour à la normale