Sélectionner une page

1er mai 1786 : Figaro-ci, Figaro-là

1er mai 1786 : Figaro-ci, Figaro-là
Publicité

Instant classique – 1er mai 1786… 232 années jour pour jour. On ne sait pas très clairement comment Mozart a pu avoir l’autorisation d’adapter pour la scène lyrique une pièce sulfureuse, que Joseph II avait interdite en Autriche et qui avait pourtant déjà été transposée pour l’opéra par Paisiello… à Saint-Petersbourg.

Bien des années après, sans qu’on puisse en vérifier l’authenticité, le grand librettiste Lorenzo da Ponte avait juré qu’il avait lui-même rassuré l’empereur sur la disparition de tous les éléments les plus subversifs de la pièce de Beaumarchais (et de fait, on peut le vérifier dans l’opéra). Mais si le personnage a perdu en subversion, il a conservé beaucoup de son insolence.

Toutes sortes de légendes et de bobards, parfois drainés par le librettiste lui-même, entourent la genèse de l’œuvre. Ce que l’on sait, c’est que la composition est terminée deux jours avant la première, laquelle est un triomphe absolu, même si l’œuvre est retirée de l’affiche après quelques représentations. Elle ne tardera toutefois pas à faire le tour de l’Europe dans les mois suivants, déclenchant partout le même engouement. C’est cet opéra, considéré comme « parfait » depuis toujours, qui ouvrira la première du festival de Glyndebourne (1934), et qui figure au programme de tous les théâtres lyriques du monde entier. Les Noces de Figaro de Wolfgang Amadeus Mozart est en quelque sort le roi des opéras.

Comme on pourrait mettre en « extrait » l’intégrale même, voici au moins l’ouverture (et sa partition) sur instruments anciens et sous la direction de René Jacobs qui, pour une fois, n’écorche pas les oreilles.

Cette ouverture légendaire et pleine de cette folle journée que sont les Noces a des élans festifs qui se prêtent à une journée de 1er mai !

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Photographie de Une – Les Noces de Figaro, opéra de Wolfgang Amadeus Mozart, dir. Valery Gergiev



 

Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook

A découvrir