Sélectionner une page

2 mars 1786 : la face heureuse et tendre de Wolfgang Amadeus Mozart

2 mars 1786 : la face heureuse et tendre de Wolfgang Amadeus Mozart
Publicité

Instant classique – 2 mars 1786… 233 ans jour pour jour. En ce début d’année 1786, Wolfgang Amadeus Mozart est très busy busy. Il termine ses Noces de Figaro avec son nouveau et inséparable librettiste Lorenzo da Ponte, se met au Schauspieldirektor, remanie Idoménée, donne des cours, mène une vie un peu effrénée.

Pourtant, l’envie de retourner au piano le titille quelque peu. Il va bientôt écrire sa quinzième sonate pour cet instrument et compose coup sur coup deux concertos, les vingt-trois et vingt-quatrième. Il achève le premier, le 2 mars 1786 et l’autre, le 24.

Curieusement, ces deux œuvres si proches l’une de l’autre n’ont pas la même ambiance. Comme Janus, elle montrent un double visage de Mozart, l’homme joyeux, tendre et bon vivant d’un côté et l’inquiet, le pessimiste, l’incertain de l’autre.

Ce concerto n°23 est sans doute l’un des plus célèbres et fort justement. On a tous entendu un des thèmes contenus par les trois mouvements, et en particulier celui du fabuleux adagio, l’un des plus beaux qui soit, à la fois tendre et désabusé, qu’il ne faut sans doute pas écouter après une rupture ou un deuil… ou plutôt si, à vous de voir. Avant que la joie ne revienne nous faire tourbillonner.

Il y a des quantités industrielles d’interprétations en tous genres, par tous les grands pianistes et par tous les orchestres de ce chef-d’œuvre mémorable. Voici l’une de mes favorites, par Murray Perahia, qui a laissé dans les années quatre-vingt, avec l’orchestre de chambre anglais, une intégrale des concertos qui compte parmi les plus importantes.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !

Facebook

A découvrir