fbpx

Sélectionner une page

2 novembre 1771 : symphonie milanaise

2 novembre 1771 : symphonie milanaise
Publicité

Instant classique – 2 novembre 1771… 248 ans jour pour jour. Un peu de fraîcheur ne nuit pas pour contrecarrer la froideur cadavérique du jour des Morts. Or, voici tout juste 248 ans, le jeune Mozart (pas encore seize ans) met la dernière main à une nouvelle symphonie.

Une « vraie », celle-ci, et non pas une ouverture étirée, comme il le fait souvent alors (il termine à cet égard juste avant une autre symphonie, à partir de l’ouverture de son opéra Ascanio in Alba). Wolfgang Amadeus Mozart se trouve alors à Milan depuis l’été, en compagnie de son inévitable père. Les lettres à sa sœur montrent qu’il est fort épris d’une jeune personne dont on ne saura rien, mais il demande instamment à Nannerl de faire l’intermédiaire.

Il est à Milan pour honorer une commande de la cour locale pour le mariage d’un archiduc, la ville étant depuis longtemps sous domination autrichienne. Il s’agit de l’opéra, ou plutôt de la sérénade théâtrale Ascanio in Alba, qui devait être donné en même temps qu’un autre – à dire vrai, le clou attendu des festivités – réalisé par le compositeur Johann Adolf Hasse, Ruggiero. C’est l’œuvre de Mozart qui sera la plus remarquée.

Pour s’occuper un peu, il réalise donc aussi cette courte symphonie en quatre mouvements classiques, très légère, sans grande originalité mais assez reposante.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !