Instant classique – 20 janvier 1961… 59 ans jour pour jour. Audacieux, volontiers provocateur, mais aussi très sérieux et parfois même austère, Poulenc avait aussi un fond de piété qu’il disait tenir de son père : « Mon père, comme la plupart des Aveyronnais, était profondément religieux. Il était, sans étroitesse, magnifiquement croyant. »

La musique religieuse de Francis Poulenc est l’une de ses plus fascinantes. En 1959, la fondation Serge Koussevitzsky lui passe commande d’une œuvre pour soprano, chœur et orchestre. Ce sera le Gloria, petit bijou où se mélange le sentiment religieux et une sorte de joie contagieuse, pleine de soleil et de lumière (ce n’est pas un Requiem, eh !).

Immanquablement, certains membres de l’Église font mine de le lui reprocher. Poulenc leur fera cette réponse merveilleuse : « Pourquoi ? J’ai pensé, simplement, en l’écrivant, à ces fresques de Gozzoli où les anges tirent la langue, et aussi à ces graves bénédictins que j’ai vus un jour jouer au football. »

L’œuvre est créée il y a tout juste cinquante-neuf ans à Boston, sous la direction de Charles Munch et avec la soprano Adele Addison.

Francis Poulenc est très satisfait : il peut l’être, le triomphe est complet. C’est la création mondiale, qui a été enregistrée, que je vous propose ici. Le son n’est pas idéal, mais l’atmosphère est incomparable.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »