fbpx

Sélectionner une page

20 octobre 1923 : essayez donc un peu de danser sur Delius pour voir…

20 octobre 1923 : essayez donc un peu de danser sur Delius pour voir…
Publicité

Instant classique – 20 octobre 1923… 96 ans jour pour jour. Frederick Delius est le plus français des compositeurs britanniques. Et même très européen, comme j’avais eu l’occasion de le raconter : Anglais d’ascendance allemande qui épouse une Allemande d’origine danoise.

À la toute fin du XIXe siècle, il s’installe définitivement à Grez-sur-Loing, joli petit village pas très éloigné de Fontainebleau, où l’on voit encore l’élégante bâtisse aux volets bleus où il a vécu. Une plaque y commémore cette présence par ailleurs bien oubliée. C’est là qu’il compose l’essentiel de ses œuvres, lui qui fut d’abord planteur d’oranges en Floride…

Volontiers influencé par Debussy et Grieg (il s’est aussi rendu en Norvège), il compose comme il peindrait. Ça tombe bien, il vivait dans la région de Sisley et des peintres de Barbizon. C’est ainsi que, quinze ans après la première Dance rhapsody, il en écrit une seconde, créée à Londres sous la direction de Henry Wood. Parce qu’on a beau habiter à Grez-sur-Loing, il faut bien de temps en temps retourner au pays. Mais lequel ?

C’est une œuvre courte et qui est conçue comme une série de variations. En l’écoutant, vous n’aurez pas envie de transformer votre salon en piste de danse, mais vous pourrez admirer le sens de la couleur d’un compositeur injustement méconnu.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



Publicité

Laisser un commentaire

Soutenez le Mag’

100% indépendant, gratuit et sans abonnement ! Soutenez votre journal !

Restez informé !