Instant classique – 21 janvier 1906… 114 ans jour pour jour. Georges Enesco (1881-1955) est sans doute le plus grand compositeur roumain, fils d’un propriétaire terrien moldave et seul survivant d’une fratrie de huit enfants.

Violoniste virtuose et enfant prodige formé à Vienne, c’est pourtant Paris qui sera sa ville d’élection et celle où il est d’ailleurs enterré, au Père-Lachaise. Il s’y installe dès 1895 pour poursuivre ses études au conservatoire. C’est là qu’il compose ses premières œuvres symphoniques, dont les célèbres rhapsodies roumaines, puis cette première symphonie, en 1905.

C’est aussi un dimanche 21 janvier, il y a cent quatorze ans, qu’elle est créée au théâtre du Châtelet, à Paris, lors des concerts Colonne et sous la direction de ce dernier. Elle est dédiée à Alfredo Casella, le compositeur italien qui fut l’un de ses camarades au conservatoire, tout comme Ravel, et avec lequel il entretiendra toujours une grande amitié. En retour, Casella lui dédiera sa seconde symphonie deux ans plus tard.

En voici le mouvement conclusif (elle n’en a que trois), « vif et vigoureux », dans lequel s’épanouit le style très exubérant du compositeur, non sans une clarté réjouissante, ici dans un enregistrement un peu daté, dirigé sans doute par son disciple George Georgescu qu’on reconnaît sur la photo illustrant l’enregistrement. 

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »