Instant classique – 21 février 1919… 101 ans jour pour jour. Parmi les musiciens bien oubliés et qui pourtant ne le méritent pas, Gabriel Pierné (1863-1937) figure en bonne place. Messin dont les parents – eux-mêmes musiciens – choisissent la France après la guerre de 1870, il décroche le prix de Rome en 1883 et deviendra surtout un fameux orchestrateur et chef d’orchestre, assez incontournable à l’époque, à la tête des concerts Colonne.

Défenseur de ses contemporains (Debussy et Ravel en tête), il compose de nombreuses œuvres, dont vous connaissez peut-être l’une d’entre elles sans le savoir. La fameuse Marche des petits soldats de plomb, qui figure sur à peu près tous les disques de musique pour enfants. Mais ce n’est pas pour cette page que je lui consacre ce petit billet du jour, mais bien pour son principal chef-d’œuvre, le quintette avec piano.

Créé voici tout juste cent un ans aujourd’hui avec Pierné au piano, avec le Quatuor Bastide, il est dédié à Gabriel Fauré et a été composé durant la guerre. Assez complexe en écriture, il se divise en trois mouvements : un allegro molto tranquillo, suivi d’un mouvement joyeusement appelé « Sur un rythme de Zortzico », rythme qu’on trouve dans les danses basques et qui se démultiplie et se transforme avec beaucoup d’audace. Enfin, le finale, très impressionnant, qui commence lentement (on entend des réminiscences du fameux rythme basque), avant de déboucher sur un allegro vivo ed agitato étonnant d’invention, qui nous propulse dans un orchestre alors que les instruments sont toujours au nombre de cinq.

C’est lui que j’ai choisi pour vous.
À écouter !

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »