Instant classique – 23 décembre 1831… 189 ans jour pour jour. À vingt ans, Mendelssohn compose son premier quatuor à cordes, une œuvre d’une grande sensibilité, d’une tonalité assez mélancolique.

C’est en privé, à Paris, qu’est créée ce 23 décembre 1831 la partition du premier quatuor à cordes de Felix Mendelssohn. C’est en réalité le second dans l’ordre de composition, mais les deux quatuors se suivent dans leur numéro d’opus. Mendelssohn a vingt ans, en 1829, lorsqu’il commence cette œuvre à Berlin, sans doute juste après avoir fait redécouvrir La Passion selon saint-Matthieu de Jean-Sébastien Bach à ses contemporains (on sait que Mendelssohn est le principal artisan de la renaissance de Bach au XIXe siècle). Mais c’est à Londres, où il voyagera très souvent, qu’il termine la partition, le 14 septembre 1829 très exactement.

Elle porte une dédicace assez mystérieuse, que j’ai choisie pour titre, mais ce mystère n’en est pas vraiment un. Les initiales B. P. correspondent à une certaine Betty Pistor, sœur d’un de ses proches amis, chanteuse amatrice dont le père est également un ami de la famille et que Mendelssohn admire alors vivement. Une de ces admirations qui vous laissent les yeux et les idées fixes et les mains moites. Malheureusement, Mendelssohn apprendra bien vite que la jolie Betty est engagée avec un avocat berlinois, Adolph Rudorff. Le compositeur semble s’en amuser, soulignant que par chance, il ne serait pas bien difficile de changer la dédicace de B. P. en B. R., un simple petit trait au crayon suffirait. Mais il en est sans doute très affecté. On se demande aujourd’hui si l’impossibilité d’unir les deux jeunes gens n’avait pas une cause plus sombre, liée au fait que les Mendelssohn étaient des juifs convertis et qu’il n’était donc pas question de mariage. Bien étranges amis que ces Pistor, dans ce cas.

Quoi qu’il en soit, Mendelssohn produit une œuvre d’une grande sensibilité, d’une tonalité assez mélancolique, avec en second mouvement une charmante “Canzonetta”, qui vous emmènera en Italie.

Je vous joins néanmoins l’ensemble du quatuor, qui n’excède pas la demi-heure, d’abord parce qu’il est beau et aussi parce qu’il a une certaine unité, comme vous le constaterez si vous l’écoutez. Ici par l’excellent Quatuor Emerson.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »