Instant classique – 25 septembre 1683… 337 ans jour pour jour. Le compositeur Jean-Philippe Rameau fête aujourd’hui son anniversaire. Hommage baroque, avec une pointe de modernité.

Si j’étais mauvaise langue, je dirais que Rameau a aujourd’hui 337 ans… et qu’il les fait ! Voilà pour ceux qui ont peu d’appétence pour la musique baroque, même tardive. Pourtant, force est de constater qu’il est loin d’être inintéressant, notre Jean-Philippe national, et qu’il est même moderne.

Il naît à Dijon et il est le fils de l’organiste de la collégiale Saint-Étienne. C’est dire s’il est tombé dans le tuyau musical dès le départ. Il attendra pourtant d’être un jeune adulte pour devenir musicien professionnel. Il occupera divers postes en Avignon puis à Clermont-Ferrand, avant de succéder à son père à Dijon, puis à Lyon. Il ne s’installe vraiment à Paris qu’en 1722.

Il faudrait un livre ou deux pour vous raconter la suite. Rameau va faire la connaissance de l’art lyrique, et il va dépoter. Il sera au cœur de la « querelle des bouffons » qui opposera l’opéra français, qu’il incarne et que Voltaire défend avec lui, et l’opéra italien, vanté avec une énorme mauvaise foi par Rousseau. Rameau contre Rousseau, ça finissait en vinaigre. Il faut dire que si Rousseau n’était pas franchement sympathique, notre Jean-Philippe était carrément du genre ronchon, taciturne, vous tombant dessus avec des sentences aussi aiguisées que la lame des bourreaux. L’un de ses ennemis jurés, Charles Collé, disait de lui que c’était « le mortel le plus impoli, le plus grossier et le plus insociable de son temps ». Vlan.

Et pourtant, ce grand musicien, dont on doit souligner la richesse de l’invention, se plaisait à rappeler que « la vraie musique est le langage du cœur ». Il en avait donc un gros, car il en a fait, de la vraie musique, de même qu’il en est l’un des grands théoriciens ! Compositeur majeur, donc, qui mourra à Paris à quatre-vingt-un ans et dont le tombeau se trouve à Saint-Eustache.

Pour fêter son anniversaire avec roulements de tambour, voici l’ouverture de son Zaïs, opéra créé le 29 février 1748, il y a donc un peu plus de deux cent soixante-dix ans.

Cédric MANUEL

Photographie de Une – Statue de Jean-Philippe Rameau à Dijon (crédits : Pixeltoo / Wikipédia)



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »