26 avril 1827… 194 ans jour pour jour – Schubert compose une petite partition pour piano seul en ut mineur, la tonalité de la tristesse. Il s’agit d’une pièce courte, pleine de nostalgie et avec un pauvre sourire hésitant, très « psychologique » dans sa tendresse et sa mélancolie

À la fin du mois d’avril, un mois après le choc de la mort de Beethoven qui a fait sur ces jeunes gens l’effet d’une bombe, la joyeuse compagnie d’amis à laquelle Franz Schubert appartient évoque déjà les prochaines villégiatures de l’été (tiens tiens… Ils n’étaient pourtant pas confinés !) et la vie de tous les jours. Grâce à plusieurs témoignages qui en sont restés, nous savons que le 24, par exemple, ils parlent de… natation, et aussi des dysfonctionnements de la poste. Le 26, il est question de magnétisme. Le 28, ils se disputent un peu… Bref, la vie de jeunes gens un peu bohèmes dans des tavernes des faubourgs de Vienne.

C’est aussi ce même 26 avril 1827 que Schubert fait cadeau d’une petite partition pour piano seul. Il s’agit d’un « allegretto » qu’il dédie et remet à l’un de ses amis les plus chers qui va quitter ce même jour Vienne pour rejoindre la marine autrichienne basée à Venise. Il s’agit du chanteur Walcher, un intime du jeune compositeur. La partition de l’Allegretto est sans équivoque dans sa simplicité : « À mon cher ami Walcher, en souvenir. Franz Schubert, le 26 avril 1827. »

Bien sûr, Schubert a dû la composer quelque temps auparavant, mais nous n’avons pas de doute sur le fait qu’elle était spécifiquement destinée à Walcher. Il s’agit d’une pièce courte, pleine de nostalgie et avec un pauvre sourire hésitant, très « psychologique » dans sa tendresse et sa mélancolie. Elle est d’ailleurs en ut mineur, la tonalité de la tristesse.

Pour tant de délicatesse, malgré les tombereaux d’interprétations remarquables qu’on trouve de cette petite partition, Maria-João Pires me semble viser particulièrement juste. Je vous l’ai dit : Schubert, c’est un ami pour tous les moments de la vie…

Cédric MANUEL

 



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : éphéméride