Instant classique – 27 décembre 1956… 63 ans jour pour jour. Nul besoin de vous raconter l’histoire de Spartacus, bien connue et narrée de façon plus ou moins authentique, romancée, édulcorée, etc., etc., par les auteurs antiques eux-mêmes, de Tite-Live à Plutarque, adaptée partout et évidemment au cinéma (qui a oublié Kirk Douglas dans ce rôle dans la version de Kubrick ?).

Son nom a servi à peu près à tout, même aux interprétations les plus improbables – dont un curieux Hercule contre Spartacus, qui doit valoir son pesant de testostérone).

Aram Khatchatourian en fait un ballet en 1954, qui est présenté en 1956 à Léningrad dans une chorégraphie de Leonid Jacobson. Le succès est immédiat et comme à son habitude, le compositeur reprendra la partition en 1968 et en fera plusieurs suites pour orchestres.

Puisqu’on est dans le sirupeux, voici par Khatchatourian lui-même à la tête des Wiener Philharmoniker, le célèbre adagio de Spartacus et Phrygia, que vous avez sans doute déjà entendu ! Envoyez les violons.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »