Instant classique – 29 juillet 1829…  190 ans jour pour jour. Félix Mendelssohn a d’abord écrit un premier concerto pour deux pianos à l’âge de quatorze ans, pour pouvoir le jouer avec sa chère sœur aînée Fanny, ce qu’il fit en 1824 avec la première version de ce concerto aujourd’hui très rarement donné en concert.

Il n’avait pas d’autre ambition, ni même d’autre but, même lorsqu’il consentit quelques années plus tard à en écrire une nouvelle version, qu’il joua avec son complice, le pianiste virtuose Ignaz Moscheles à Londres, il y a tout juste cent quatre-vingt-dix ans aujourd’hui.

Mais comme souvent, le jeune compositeur devenu plus mûr a rejeté ces premières versions, jugées trop puériles. On ne s’intéressera à la partition qu’au début des années 1960, lorsqu’elle sera enfin publiée car, fidèle à son appréciation, Mendelssohn ne l’avait jamais remise à aucun éditeur.

C’est une œuvre attachante, qui regarde encore beaucoup ses glorieux aînés et qui ne manque ni de panache ni d’intérêt. La voici donc dans son intégralité et quand on dit « deux pianos », on pense forcément aux sœurs Labèque, qui l’ont enregistré voici presque trente ans (!) avec l’excellent Semyon Bychkov, l’ancien patron de l’orchestre de Paris (et accessoirement époux de l’une des deux pianistes).

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »