29 mai 1910… Il y a 111 ans jour pour jour, Mily Balakirev, créateur du fameux Groupe des Cinq et mentor de toute une génération de compositeurs russes, meurt à Saint-Pétersbourg. Sa mort est synonyme d’oubli, puisque sa musique sera très vite considérée comme dépassée.

C’est à Saint-Pétersbourg que disparaît Mily Balakirev, à l’âge de soixante-treize ans. Ce n’est certes pas le plus célèbre des compositeurs russes, mais son influence sur l’école russe de la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’aux premières années du siècle suivant ont été considérables.

Créateur du fameux Groupe des Cinq, avec Borodine, Moussorgski, Rimsky-Korsakov et Cui, il en a longtemps été le seul musicien véritablement professionnel (Borodine était médecin chimiste, Moussorgski, Rimski et Cui militaires au départ) et se considérait comme le mentor du groupe, avec une attitude souvent intransigeante et limite dictatoriale. Pédagogue et critique, il a composé relativement peu lui-même, mais quelques pièces de première importance comme Islamey ou Tamara.

Ses dernières années, cependant, son nom commence à disparaître peu à peu. La jeune école russe, les Prokofiev, Stravinsky et autres, ignorent son influence et considèrent souvent sa musique comme dépassée.

L’une de ses dernières œuvres est cette suite sur quatre morceaux de Chopin, orchestrée en 1909 et présentée en février 1910. Il s’agissait pour Balakirev de célébrer ainsi le centenaire du grand compositeur franco-polonais. Il y réutilise le matériau d’une étude pour le mélancolique préambule, puis d’une mazurka, d’un nocturne pour l’intermezzo, puis d’un scherzo. On sent dans cette œuvre méconnue et agréable toute la tendresse de Balakirev pour Chopin, qui a eu beaucoup d’influence sur sa propre musique pour piano, notamment dans ses dernières années

Voici cette suite interprétée non sans raffinement par l’orchestre symphonique d’URSS dirigé par Svetlanov.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : éphéméride