Instant classique – 29 septembre 1789… 231 ans jour pour jour. Mozart compose un quintette associant un classique quatuor à cordes et une clarinette, une première mondiale dans l’histoire de la musique ! Un chef d’œuvre plein d’humanité et de chaleur.

Lorsqu’il pose sa plume après avoir tracé les deux barres conclusives de sa toute nouvelle partition, sait-il, notre cher Mozart, qu’il est le tout premier à avoir écrit un quintette associant un classique quatuor à cordes et une clarinette ? On n’en a pas d’exemple avant cette date.

C’est par amitié qu’il compose cette œuvre : l’un de ses frères en maçonnerie, Anton Stadler, est un clarinettiste de grand talent et il veut lui faire plaisir en lui dédiant une partition pour son instrument et un petit accompagnement de quatuor, alors même qu’il est en train de composer un nouvel opéra (ce sera Così fan tutte). La clarinette revient d’ailleurs souvent dans l’opéra en question, et Mozart l’avait déjà utilisée comme instrument soliste dans quelques œuvres de chambre. Il aurait d’ailleurs pu faire d’une pierre deux coups et écrire une œuvre pour clarinette et cor de basset, puisque le frère d’Anton Stadler en jouait.

Mais heureusement, Mozart s’en tient à la clarinette et réalise un chef-d’œuvre plein d’humanité et de chaleur, caractéristiques associées à la clarinette mais aussi à son appartenance à la Loge maçonnique, que Mozart vivait avec jubilation.

Le premier mouvement, que je vous propose ici, est tout à tour tendre et chaleureux et répond bien à cet état d’esprit. Mais tout le quintette en est animé. Le son sensuel et enveloppant de la clarinette rappelle le célébrissime concerto, dont l’adagio est devenu immortel aussi grâce au film Out of Africa, qu’on ait aimé ou détesté ce dernier. Mais c’est là une autre histoire !

Cédric MANUEL

 



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »