Instant classique – 3 octobre 1949… 70 ans jour pour jour. Bohuslav Martinů (1890-1959) est de tous les grands compositeurs tchèques sans doute le moins connu (peut-être avec Novak). Encore que ses partitions, notamment à l’opéra, soient régulièrement jouées.

C’est aussi le plus français desdits compositeurs, puisqu’il s’établit dans notre pays pendant dix-sept ans, ne le fuyant qu’à l’arrivée des nazis pour y revenir après-guerre.

Auteur prolifique et d’une grande poésie, il est comme ses grands aînés passionné par la musique folklorique de son pays, mais aussi influencé par Debussy, le groupe des Six ou le jazz ; et encore par les grands anciens, jusqu’aux madrigaux de la Renaissance, qui lui inspireront plusieurs pièces de musique de chambre.

Parmi elles se trouve une curiosité créée il y a tout juste soixante-dix ans ce 3 octobre à la salle Gaveau à Paris : une « mazurka-nocturne », nom atypique pour une formation de chambre qui ne l’est pas moins : un hautbois, deux violons et un violoncelle.

Martinů compose cette petite œuvre à la demande de l’Unesco, qui célèbre le centenaire de la mort de Chopin en 1949. Étrange nom qui fait bien sûr référence aux nombreux opus de Chopin qui les portent séparément, et qui inspirent à Martinů cette petite pièce charmante.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »