Instant classique – 5 janvier 1833… 188 ans jour pour jour. Felix Mendelssohn crée deux pièces courtes pour clarinette, cor de basset et piano. Deux œuvres dans lesquelles le compositeur semble beaucoup s’amuser. Idéal en ce lendemain de fêtes !

Allons allons, ne faites pas la fine bouche ! Vous avez trop mangé ces derniers jours ? Trop bu ? Les deux ? Malgré la période et peut-être pour l’oublier ? Eh bien voici qui va clore la séquence sans vous faire prendre une seule calorie ! Eh oui, pas besoin d’acheter les œuvres complètes de Dukan ou des boîtes de Weight watchers : avec moi vous obtiendrez un résultat fameux tout en vous empiffrant.

Avec moi et grâce à Felix Mendelssohn, aussi. Ce n’est pas parce qu’on est un grand compositeur qu’on ne peut pas s’amuser un peu, hein. Alors, justement, à la fin de l’année 1832, le jeune homme (vingt-trois ans) compose deux “konzerstücke” pour clarinette, cor de basset et piano. Le cor de basset, c’est un peu comme une clarinette, mais en un peu plus grave, instrument adoré par Mozart et assez peu usité (d’où le nom, qui n’a rien à voir avec le chien aux longues oreilles et à l’air triste, qui joue par ailleurs très mal du cor, croit-on savoir).

Et pourquoi diable Mendelssohn écrit-il ceci ? Pour des amis : le clarinettiste bavarois Heinrich Bärmann et son fils Karl, virtuose du cor de basset. Si bien qu’il adresse aux deux hommes la partition avec cet autographe : « Grand duo commandé par M. Bärmann, composé sur un thème favori de M. Bärmann, pour messieurs Bärmann par F. Mendelssohn-Bartholdy entre autres. »

La pièce est jouée avec les trois protagonistes voici tout juste cent quatre-vingt-huit ans à Berlin, lors d’un concert durant lequel Mendelssohn joue aussi son concerto pour piano n° 1.

Une autre partition manuscrite authentique comporte le titre suivant : « La bataille de Prague : grand duo pour beignet aux prunes et tarte à la crème. » Je vous laisse deviner lequel est l’un ou l’autre ! Bon appétit.

Ces deux trios ont été orchestrés par la suite, mais je préfère vous livrer la version originale, plus light, justement…

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »