5 janvier 1862 : Smetana choisit son camp

Publicité

Créé il y 160 ans aujourd’hui, Le camp de Wallenstein est l’une des premières grandes œuvres de celui qui va s’imposer comme le créateur de la musique nationale tchèque : Bedřich Smetana.

Albrecht von Wallenstein, c’est ce fameux général qui, à la tête d’une armée puissante essentiellement composée de mercenaires, a rendu de grands services au Saint-Empire romain germanique contre les princes protestants, les Danois, les Suédois et aussi contre les armées de Louis XIII. Stratège redouté et redoutable, c’était un personnage assez sulfureux originaire de Bohème, ce qui en fait une sorte de héros tchèque dont on a pu penser, à un moment, qu’il voulait se faire roi de Bohème. Il a d’ailleurs fait bâtir un très beau palais encore visible à Prague. Devenu trop riche et trop puissant, il finit par tomber en disgrâce et par être assassiné en 1634 sans autre forme de procès.

Deux cent vingt-cinq ans plus tard, Bedřich Smetana, qui va bientôt s’affirmer comme le créateur de la musique nationale tchèque, choisit ce personnage en s’inspirant du drame qu’en a tiré Schiller, pour composer un poème symphonique, Le camp de Wallenstein, qui devait au départ être une ouverture pour une pièce de théâtre, précisément.

L’œuvre décrit le camp de Wallenstein et ses soldats prompts à tous les excès, qui dansent et qui boivent, vivement condamnés au milieu de la pièce (trombones) par un moine capucin qui dénonce leur vie impie. Puis on se prépare à la bataille et le poème se termine sur des accents martiaux dont la structure harmonique annonce les futurs chefs-d’œuvre de Smetana (qui a trente-cinq ans lorsqu’il compose Le camp de Wallenstein) dans le cycle « Ma patrie ».

La partition est créée voici cent soixante ans aujourd’hui à Zofin sous la direction de Smetana, en même temps qu’un autre poème symphonique inspiré, lui, de Shakespeare, Richard III.

Voici une interprétation « idiomatique » puisqu’il s’agit de l’orchestre de la radio de Prague dirigé par le tchèque Vladimir Válek.

Cédric MANUEL



À chaque jour son instant classique !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »



 

Newsletter

Publicité

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Newsletters

Les dessins de Caly

les dessins de caly retour à la normale