Instant classique – 6 janvier 1924… 96 ans jour pour jour. Bien avant de devenir le directeur de la villa Médicis à Rome, Jacques Ibert avait raflé le grand prix de Rome, justement, et avait profité de son séjour consécutif dans la Città Eterna pour faire une croisière sur la Méditerranée.

Il en tire cette partition pour orchestre, la plus célèbre de son œuvre pourtant prolifique, qu’il baptise Escales, en trois mouvements, qui correspondent en réalité à trois voyages, trois « impressions » : Rome-Palerme, d’abord, très inspiré de rythmes et de chants folkloriques italiens, Tunis-Nefta, très orientalisant et enfin Valencia, petite rhapsodie hispanisante évidemment, assez endiablée.

Partout, du soleil, du rythme, de l’air ! Même avec moins de génie qu’un Ravel (dont la Valse et Tzigane sont contemporains d’Escales), ça fait du bien ! Alors bon voyage, ici en compagnie de l’orchestre de Detroit, un orchestre très américain, dirigé par l’un des plus grands chefs français de l’histoire, aujourd’hui un peu oublié, Paul Paray.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »