Instant classique – 8 mars 1818… 202 ans jour pour jour. Ce jour-là est créée à la Hofkirche de Dresde la première messe écrite par Carl Maria von Weber. Il en avait commencé la composition au tout début de l’année et l’avait achevée le 23 février suivant.

Le 8 mars, c’est la fête du roi Frédéric-Auguste Ier de Saxe. La messe est donc créée pour lui, c’est un cadeau d’anniversaire.

« J’ai été pressé par la nécessité d’écrire une messe pour le roi, travail que j’ai commencé avec amour, tout rempli de la grandeur de ma tâche, en m’efforçant de ne rien composer d’ordinaire ou de médiocre […] La sensation et l’enthousiasme général qu’elle a soulevés furent ma récompense, et la bague de diamants que le roi me fit porter m’a fait d’autant plus plaisir qu’avant moi, aucun maître de chapelle à son service ne s’était flatté d’une telle distinction », écrit Carl Maria von Weber à un ami en mai.

Mais alors pourquoi s’appelle-t-elle « Freischützmesse » ? Parce que cette année 1818 est aussi celle de la composition du grand chef-d’œuvre lyrique de Weber le Freischütz, œuvre majeure de l’opéra romantique, et dont cette messe, comme celle qui suit, composée elle aussi la même année, baptisée Jubelmesse, est imprégnée.

Cette messe est très belle, pleine de la délicatesse usuelle de Weber, garnie de moments forts et sans la moindre vulgarité. Difficile de choisir un extrait plutôt qu’un autre tant elle est séduisante. Voici tout de même le surprenant et superbe “Sanctus”.

Cédric MANUEL



Un jour… une œuvre musicale !
Rubrique : « Le saviez-vous ? »